La Tunisie , Communiqué de Bernard Lugan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Tunisie , Communiqué de Bernard Lugan

Message  Jo la fouine le Dim 30 Jan - 13:41

Communiqué de Bernard Lugan

au sujet de la Tunisie



Les graves évènements de Tunisie m’inspirent les réflexions suivantes :



1) Certes le président Ben Ali n’était pas l’illustration de la démocratie telle que
la connaissent une trentaine de pays sur les 192 représentés à l’ONU, certes encore, de fortes disparités sociales existaient en Tunisie, mais, en vingt ans, il avait réussi
à transformer un Etat du tiers monde en un pays moderne attirant capitaux et industries, en un pôle de stabilité et de tolérance dans un univers musulman souvent chaotique. Des centaines de milliers de touristes venaient rechercher en Tunisie
un exotisme tempéré par une grande modernité, des milliers de patients s’y faisaient opérer à des coûts inférieurs et pour une même qualité de soins qu’en Europe,
la jeunesse était scolarisée à 100%, les femmes étaient libres et les filles
ne portaient pas le voile.



2) Aujourd’hui, tout cela est détruit. Le capital image que la Tunisie avait eu tant
de mal à constituer est parti en fumée, les touristes attendent d’être évacués
et le pays a sombré dans le chaos. Les journalistes français, encore émoustillés
à la seule évocation de la « révolution des jasmins » cachent aux robots qui
les lisent ou qui les écoutent que le pays est en quasi guerre civile, que les pillages
y sont systématiques, que des voyous défoncent les portes des maisons pour piller
et violer, que les honnêtes citoyens vivent dans la terreur et qu’ils doivent se former en milices pour défendre leurs biens et assurer la sécurité de leurs familles.
Les mêmes nous disent doctement que le danger islamiste n’existe pas.
De fait, les seuls leaders politiques qui s’expriment dans les médias français
semblent être les responsables du parti communiste tunisien.
Nous voilà donc rassurés…



3) La cécité du monde journalistique français laisse pantois.
Comment peuvent-ils oublier, ces perroquets incultes, ces lecteurs de prompteurs formatés, que les mêmes trémolos de joie indécente furent poussés par leurs aînés lors du départ du Shah en Iran et quand ils annonçaient alors sérieusement
que la relève démocratique allait contenir les mollahs ?



4) Le prochain pays qui basculera sera l’Egypte et les conséquences seront
alors incalculables. Le scénario est connu d’avance tant il est immuable :
un président vieillissant, des émeutes populaires inévitables en raison de l’augmentation du prix des denrées alimentaires et de la suicidaire démographie,
une forte réaction policière montée en épingle par les éternels donneurs de leçons
et enfin le harcèlement du pouvoir par une campagne de la presse occidentale
dirigée contre la famille Moubarak accusée d’enrichissement.
Et la route sera ouverte pour une république islamique de plus ; tout cela au nom
de l’impératif démocratique…



5) Ces tragiques évènements m’inspirent enfin un mépris renouvelé pour
la « classe politique » française. Ceux qui, il y a encore quelques semaines, regardaient le président Ben Ali avec les « yeux de Chimène », sont en effet
les premiers à l’accabler aujourd’hui. Nos décideurs en sont tombés jusqu’à
expulser de France les dignitaires de l’ancien régime tunisien qu’ils recevaien
t hier en leur déroulant le tapis rouge. La France a donc une nouvelle fois montré qu’elle ne soutient ses « amis » que quand ils sont forts.
L’on peut être certain que la leçon sera retenue, tant au Maghreb qu’au sud
du Sahara… A l’occasion de ces évènements, nous avons appris que 600 000 Tunisiens vivaient en France, certains médias avançant même le chiffre de 1 million. L’explication de l’attitude française réside peut-être dans ces chiffres.
Pour mémoire, en 1955, un an avant la fin du protectorat français sur la Tunisie,
250 000 Européens, essentiellement Français et Italiens y étaient installés,
ce qui était considéré comme insupportable par les anti-colonialistes.



Bernard Lugan

16 janvier 2011


_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Tunisie , Communiqué de Bernard Lugan

Message  Jo la fouine le Dim 6 Fév - 12:42

Réflexions sur la crise égyptienne


Après la Tunisie, l’Egypte s’est donc embrasée[2].
Oubliant le « je ne blâme ni ne loue, je raconte », cette règle d’or de leur profession, les journalistes se sont une nouvelle fois faits les porte-voix des manifestants.
Se pâmant littéralement devant leurs actions, ils n’eurent pas assez de superlatifs pour décrire le « Peuple » égyptien unanimement dressé contre le « dictateur » Moubarak.

Tout a basculé dans leur petit univers borné de certitudes et d’approximations
quand des partisans de ce dernier sont à leur tour descendus dans la rue ;
et en masse. Il y avait donc deux peuples !!! Cette constatation avait de quoi perturber des esprits formatés. Durant un temps l’explication leur fut facile :
les contre-manifestants étaient des policiers et des nervis payés[3] ;
puis, horreur, ils découvrirent qu’il s’agissait d’habitants venus des
« quartiers les plus pauvres».

Ainsi donc, des miséreux osaient venir gâcher la grande célébration démocratique
dont ils étaient devenus les porte-voix. Plus encore, ces gueux osaient,
crime des crimes, s’en prendre aux journalistes, ignorant qu’en France,
cette intouchable caste constitue un Etat dans l’Etat devant lequel rampent
et se prosternent les plus puissants. Ils auront du moins retenu de leur séjour
au Caire que sur les rives du Nil les références ne sont pas celles
des bords de Seine et que les voyages sont plus formateurs que
les écoles de journalisme.

Ces ignorants n’ont pas vu que la vie politique égyptienne est organisée
autour de trois grandes forces.
La première, celle qui manifeste en demandant le départ du président Moubarak
et pour laquelle ils ont les yeux si doux, est,comme en Tunisie, composée
de gens qui mangent à leur faim ; il s’agit en quelque sorte de « privilégiés »
pouvant s’offrir le luxe de revendiquer la démocratie.
La seconde est celle des Frères musulmans ; pourchassée depuis des décennies
et aujourd’hui abritée derrière les idiots utiles, cette organisation tente de
se réintroduire dans l’échiquier politique pour imposer sa loi.
La troisième force dont aucun « envoyé spécial » n’a jamais entendu parler
est celle qui vit dans les quartiers défavorisés,
loin donc de l’hôtel Hilton, ce spartiate quartier général des journalistes « baroudeurs », ou dans les misérables villages de la vallée du Nil, loin des yeux
des touristes.
C’est celle des fellahs besogneux, de ce petit peuple nassérien au patriotisme
à fleur de peau qui exècre à la fois la bourgeoisie cosmopolite lorgnant du côté
de Washington et les barbus qui voudraient ramener l’Egypte au X° siècle.
Ce sont ces hommes qui ont volé au secours du Rais Moubarak en qui ils voient,
à tort ou à raison, là n’est pas la question, un successeur, même lointain,
du colonel Nasser.

Dernière remarque : pendant que la classe politique française sommait le président Moubarak de quitter le pouvoir, le président russe Medvedev avait un long entretien téléphonique avec lui, l’assurant qu’il s’élevait contre les ingérences étrangères.
D’un côté des chiens de Pavlov levant la patte face à l’air du temps et de l’autre,
un homme d’Etat familier des subtilités de l’ « orient mystérieux » …



Bernard Lugan[1]



Vendredi 4 février 2011



[1] Auteur d’Histoire de l’Egypte des origines à nos jours.
Editions du Rocher, 2002.

[2] Je l’avais annoncé dans mon communiqué en date du 16 janvier 2011.

[3] Le chamelier et les vingt-deux cavaliers que l’on vit traverser la foule
sont des guides pour touristes affectés au site des pyramides et rendus furieux
d’être sans travail depuis le début de la révolution.


_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum