Pour passer vos examens sans difficultés,devenez flic de la pensée .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour passer vos examens sans difficultés,devenez flic de la pensée .

Message  Patton le Sam 16 Jan - 18:13

13/9/2007


Pour passer vos examens sans difficultés,
devenez flic de la pensée
!


A lire absolument,cet invraisemblable article paru dans l’édition
du 13 septembre 2007 des Dernières nouvelles d’Alsace :
Certains étudiants surnotés en droit pénal Chantal Cutajar,
maître de conférences à l’université Robert-Schuman
de Strasbourg doit-elle être sanctionnée pour avoir accordé
un bonus de 10 points à certains étudiants, volontaires pour une action
qu’elle a initiée ?
C’est le souhait du doyen de la faculté de droit de Strasbourg.
La présidente de l’université réserve sa décision.
C’est une affaire qui ne devrait pas dépasser le cadre feutré de l’université strasbourgeoise.
Mais, parce qu’elle met sur la sellette un maître de conférence,
enseignant-chercheur, qui brigue la tête de liste UDF-Modem
aux prochaines municipales strasbourgeoises, ses répercussions
sont éminemment politiques.
Dix points de plus pour les volontaires
Chantal Cutajar mène depuis plusieurs années un combat
contre le négationnisme, le révisionnisme et la discrimination.
Enseignante en « droit pénal spécial »
à l’université Robert-Schuman, elle propose en 2004 à des étudiants
de « travailler sur le négationnisme ».
Ces derniers, sur la base du volontariat,se rendent dans des lycées
de la région et distillent aux lycéens leur savoir :
quelles sanctions pénales appliquer aux auteurs d’écrits négationnistes
qu’est-ce qu’un propos raciste ? etc.
L’initiative, qui intervient alors que se multiplient les profanations
de cimetières, est saluée par la Région.
Le 14 décembre 2004, Chantal Cutajar, en toge d’universitaire, délivre ainsi
un cours au camp du Struthof devant des centaines d’étudiants
et lycéens,et en présence d’une "rescapée" de Ravensbrück.
Soucieuse de « pérenniser » cette action, Mme Cutajar met en place
un module de formation d’une durée de 48 h, qui doit donner à ses étudiants
de maîtrise (master 1 actuellement), volontaires pour cette action,
des clés pour transmettre au mieux leurs connaissances.
«Ensuite, ils réalisent un dossier, puis je les reçois et je contrôle leur travail
, explique Mme Cutajar.

Ils se rendent dans un lycée alsacien, qu’ils ont démarché eux-mêmes.
L’an dernier, chacun a fait ainsi trois interventions devant des lycéens.
Plus de 1 000 élèves ont été touchés. »


La charge de travail est importante, et elle en dissuade beaucoup,
quand bien même leurs résultats s’en trouveraient valorisés.
En effet, parce que « toute peine mérite salaire» ,
la professeur, après en avoir « parlé à l’ancien doyen»,
et en avoir informé les étudiants, décide d’ajouter 10 points à la note
de l’examen de droit pénal spécial des seuls volontaires

(ils sont 34 cette année).
Pour faciliter les choses, l’anonymat des copies n’est pas requis
lors de l’épreuve concernée.
Une notation « discriminatoire » ?
Cette surnotation, non indexée sur la qualité d’un travail, mais sur le fait
de se porter volontaire ou non, a de quoi surprendre.
Le nouveau doyen de la faculté de droit, Jean-Michel Poughon,
découvre, « un peu étonné », cette pratique au mois de juin, lorsqu’arrivent entre ses mains des copies gratifiées d’un « + 10 points » ou
de « 20 sur 20 » en droit pénal.
Il « convoque » Mme Cutajar et lui fait part de son désaccord
avec une notation « discriminatoire », « contraire à la discipline
et à la déontologie universitaires
».
Le 28 juin dernier, il saisit par courrier la présidente de l’université
Robert-Schuman, Florence Benoît-Rohmer, et lui réclame
« une sanction, même symbolique », ainsi que la saisine du conseil
de discipline.
La lettre est toujours actuellement en souffrance : Mme Benoît-Rohmer
a précisé hier aux DNA que le cas de Mme Cutajar était
« à l’examen ».
«Il n’est pas facile d’établir les faits,il y a beaucoup d’incertitudes»,
explique-t-elle.
Chantal Cutajar, ancienne numéro trois de la municipalité strasbourgeoise,
aujourd’hui en rupture de ban, voit dans cette mise en cause une attaque
contre son mouvement politique et sa candidature à la tête de liste.
Le doyen, quant à lui, réfute tout caractère « politique » à son émoi,
mais se désole qu’aucun étudiant n’ait à ce jour déposé de réclamation.

Denis Tricard

http://fr.altermedia.info/general/pour-passer-vos-examens-sans-difficultes-devenez-flic-de-la-pensee_11459.html

_________________
"Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix."
Benjamin Franklin
avatar
Patton
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 350
Age : 43
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 09/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum