Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Carolus Magnus le Dim 23 Aoû - 21:23

Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

http://librairie-en-ligne.gibertjeune.fr/GIBERTJ/fr/BOOK/bacque-james/morts-pour-raisons-diverses-enquete-sur-le-traitement-des-prisonniers-de-guerre,39396538.aspx

Source : "Morts pour diverses raisons" par James BACQUE.

Tandis qu'il parcourait le terrain dévasté, marchant avec précaution au milieu
des morts-vivants du camp américain qui venait d'être cédé aux Français,
le capitaine Julien se répétait :

 « C’est exactement comme sur les photographies de Buchenwald et de Dachau. »
Au sein du 3e régiment de Tirailleurs Algériens, il avait combattu les Allemands
pour la libération de son pays, mais jamais il n'avait imaginé une revanche
comme celle-ci. Devant lui, sur un sol souillé, « peuplé de squelettes vivants»,
des prisonniers agonisaient ; d'autres, en dépit de la chaleur, se recroquevillaient
derrière de simples morceaux de carton.

Le spectacle était insoutenable. Il y avait même là des femmes, des vieillards
et des enfants dans un état de délabrement extrême, le ventre gonflé en dépit
d'une maigreur squelettique, prostrés, le regard vide.

Le capitaine Julien ne savait par où commencer.

Il n'y avait pas la moindre parcelle de nourriture dans ce camp de Dietersheim,
qui contenait 32000 personnes. Le Dr Kurth et le Dr Geck, médecins allemands
du prétendu « hôpital », s'affairaient auprès des nombreux moribonds qui gisaient,
à même des couvertures sales, sous le ciel brûlant de l'été.
Le sol portait encore les traces de l'ancien emplacement des tentes servan
t d'« hôpitaux », que les Américains avaient emportées avec eux.

Dans les cinq camps de la région de Dietersheim, parmi les 103.500 détenus devant,
en principe, constituer une partie de la main-d'oeuvre destinée à la restauration
de la France, les Français répertorièrent un effectif de 32.640 personnes
« inaptes au travail », de vieillards, de femmes, d'enfants au-dessous de 8 ans,
de jeunes garçons âgés de 8 à 14 ans, d'infirmes et de moribonds
.

Tous furent immédiatement relâchés.
avatar
Carolus Magnus
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 128
Age : 35
Localisation : Europe occupée
Date d'inscription : 18/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Carolus Magnus le Dim 23 Aoû - 21:27

Les parangons de la démocratie ont donc enfermé dans des camps de la mort des femmes et des enfants en bas-age.

C'était "comme à Buchenwald et à Dachau" à la différence pres que lorsque les américains commettent ce crime la guerre est finie et leurs entrepôts regorgent de ravitaillement.

Pour ces enfants là, pas de musée, pas de mémorial, pas de commémoration, rien ...
avatar
Carolus Magnus
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 128
Age : 35
Localisation : Europe occupée
Date d'inscription : 18/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Charles le Ven 13 Nov - 17:41

Là encore l'histoire officielle est en train de se craqueler.
La chaine Arté proposait en 2005 un émission consacrée au traitement réservé aux prisonniers de guerre allemands en France.
Bien sur, son contenu n'est pas complet et exonère le gouvernement français de toute faute et se borne à employer le conditionnel quand il n'est pas possible d'ignorer des faits. James Bacque y est encore considéré comme "un manipulateur" (bon c'est Arté, ne l'oublions pas!) mais l'émission à quand même l'honneteté de reconnaitre que les conditions d'internements étaient épouvantables.


Six fois plus nombreux en 1945 qu'en 1918, les prisonniers de guerre allemands sur le sol français sont immergés dans la situation dramatique du pays à la Libération. Ils connaissent l’urgence sanitaire des premières semaines puis participent à l’effort de reconstruction, finissant par s’attirer le respect de la population locale. Un épisode noirci par plusieurs controverses.
Il y a 750 000 prisonniers de guerre allemands (PGA) sur le sol français en 1945. Pour la plupart transférés par les autorités militaires américaines, certains vont y rester plus de quatre ans, jusqu’en décembre 1948. Cette donnée est aujourd’hui méconnue en France, et généralement absente des manuels scolaires, plus diserts sur les prisonniers français en Allemagne entre 1940 et 1945 ou les requis pour le Service du travail obligatoire (STO). Il faut dire qu’une série de controverses a fait de cet épisode un sujet historique délicat. Les conditions de détention des Allemands ayant été souvent difficiles, certains commentateurs sont allés jusqu’à établir un parallèle entre les pratiques de la République française renaissante et celles des nazis.
Une polémique s’est nouée dès l’origine. Devant l’état physique déplorable des soldats remis par les autorités américaines, un rapport de l’abbé Deriès accuse ces dernières de chercher à se défausser sur les Français d’un grand nombre de décès. La presse américaine renverse l’accusation de mauvais traitement, et laisse entendre que les Français ne respectent pas leurs engagements et affament les PGA. Certaines plumes se montrent particulièrement outrancières. La National Catholic Welfare Conference parle d’une « nouvelle forme d’esclavage », et on évoque des cas de stérilisation forcée. Plus sérieusement, la durée de détention des prisonniers, encore 301 000 début 1948, nourrit l’indignation. Il est vrai que leur libération aura été accélérée par les pressions américaines visant, au moment de la mise en place du plan Marshall, à serrer les rangs face à l’URSS.
En France, où les PGA sont fréquemment perçus comme une compensation légitime quand le pays manque de main-d’œuvre pour sa reconstruction, il faut les efforts de la Croix rouge et de l’aumônerie catholique pour que l’opinion prenne conscience de la situation. Si Le Figaro écrit le 19 septembre 1945 : « Nul ne songerait à s’étonner que dans les camps de prisonniers allemands la discipline fût rude, le régime ascétique, le travail pénible », c’est pour mieux affirmer : « Chaque injustice, chaque affront, chaque vol, chaque coup qui frappe un soldat allemand vient, à travers sa victime, souffleter le visage de la France. » De Gaulle lui-même considère qu’il y a trois raisons suffisantes de bien traiter ces hommes : l’humanité, la réputation internationale du pays et la recherche de l’efficacité dans le travail. La ration alimentaire passe de 1600 à 1835 calories en octobre 1945, ce qui est supérieur aux rations anglo-saxonnes dans l’Allemagne occupée. De plus, passés les premiers mois dans des camps, la situation des PGA s’améliore avec leur intégration à des commandos de travail où, passée la méfiance initiale, ils se font accepter par la population. Les plus chanceux travaillent à la campagne, auprès de l’habitant, échappant ainsi au contrôle de l’armée. Les moins bien lotis peinent sur de grands chantiers urbains.
En 1989, le Canadien James Bacque prétend que la France et les Alliés ont organisé, sur les ordres d’Eisenhower, la « disparition » de plus d’un million de PGA. Il s’agit d’une grossière manipulation statistique, mais le fantasme dévoile la présence d’un non-dit. De fait, les pertes dans l’Hexagone furent concentrées lors de l’afflux massif des prisonniers. Le Service historique de l’armée de terre française (Vincennes) a recensé 17 773 morts en 1944 et 1945 puis 5 112 en 1946. Sur l’ensemble de la période 1944-1946, la proportion de décès représente 3,05%, un taux tout à fait comparable au 3,7% de décès parmi les PG français détenus en Allemagne entre 1940 et 1945. Les causes principales sont la maladie, dans 68 % des cas souvent liée à des carences alimentaires, et les explosions de mines.
C’est en définitive la polémique concernant l’utilisation de PGA pour le déminage du pays qui est demeurée la plus vivace, relancée en 1995 par des médias britanniques. La France aurait violé la Convention de Genève de 1929, interdisant l’utilisation des PG pour des « travaux insalubres ou dangereux ». En 1948, le Comité international de la Croix rouge évoquait 20 000 morts dans l’exercice. En réalité, si la vie des prisonniers a bien été exposée, les périls ont été partagés : ils localisaient les engins, dont la neutralisation était confiée à des démineurs français professionnels. Et les pertes s’avèrent proportionnellement équivalentes : 2 500 mineurs allemands sur 48 500 et 180 démineurs français sur 3 000 y ont perdu la vie.
Il apparaît aujourd’hui, notamment dans les travaux de François Cochet, que les souffrances des PGA ont résulté avant tout de l’impréparation et l’état de délabrement matériel de la France à la Libération, et non d’une volonté de vengeance à l’égard des anciens occupants.

http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/histoire/Tabous-de-l-histoire/NAV-juillet/926408.html

_________________
- Les provocations inutiles sont inutiles -
avatar
Charles
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 72
Age : 46
Localisation : En exil
Date d'inscription : 26/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Carolus Magnus le Ven 13 Nov - 21:49

N'évoque surtout pas ça sur FEG No . Je me suis fait traiter "d'antisémite" (quelle horreur affraid , pourquoi pas NS tant qu'on y est clown ) pour avoir simplement relevé le fait qu'il y avait beaucoup d'émission TV traitant de la "shoa" et des tribulations du peuple "élu" pendant la guerre.

Je ne savais pas que c'était le forum du CRIJF ...

http://forumfrance-en-guerres.xooit.fr/t1504-Le-matraquage-televisuel.htm#p16315

_________________
"L'histoire officielle n'est-elle pas toujours écrite par ceux qui ont pendu les héros"
Mel GIBSON
avatar
Carolus Magnus
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 128
Age : 35
Localisation : Europe occupée
Date d'inscription : 18/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Terreblanche le Sam 14 Nov - 12:59

Merci à CM de complèter la source:référence du livre,année,édit.,etc.

_________________
France,Réveilles-toi !
http://www.rivarol.com/Rivarol.html
avatar
Terreblanche
Modérateur-chef
Modérateur-chef

Nombre de messages : 819
Age : 33
Localisation : St Etienne-du-Rouvray(76)
Date d'inscription : 16/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Carolus Magnus le Sam 14 Nov - 15:25

"Morts pour diverses raisons" par James BACQUE, Éditions SAND 1990 pour la France.

_________________
"L'histoire officielle n'est-elle pas toujours écrite par ceux qui ont pendu les héros"
Mel GIBSON
avatar
Carolus Magnus
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 128
Age : 35
Localisation : Europe occupée
Date d'inscription : 18/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Heroes_never_die le Dim 15 Nov - 15:36

Je n'ai malheureusement plus les chiffres en tête, mais combien d'allemands était-il initialement prévu de laisser mourir de famine après la fin de la Guerre ? Etait-ce 20 millions comme il me semble me le rappeller, ou est-ce-que je me plante carrément ? Embarassed
avatar
Heroes_never_die

Nombre de messages : 121
Age : 27
Localisation : Ruines de l'Europe
Date d'inscription : 15/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Carolus Magnus le Dim 15 Nov - 18:19

Heroes_never_die a écrit:Je n'ai malheureusement plus les chiffres en tête, mais combien d'allemands était-il initialement prévu de laisser mourir de famine après la fin de la Guerre ? Etait-ce 20 millions comme il me semble me le rappeller, ou est-ce-que je me plante carrément ? Embarassed

C'était le plan Morgenthau si je ne m'abuse, il n'a finalement pas été appliqué, non en raison de scrupules humanitaires, mais parce que la guerre froide commençait. On en parle sur ce forum.

_________________
"L'histoire officielle n'est-elle pas toujours écrite par ceux qui ont pendu les héros"
Mel GIBSON
avatar
Carolus Magnus
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 128
Age : 35
Localisation : Europe occupée
Date d'inscription : 18/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Heroes_never_die le Lun 16 Nov - 21:55

Carolus Magnus a écrit:
C'était le plan Morgenthau si je ne m'abuse, il n'a finalement pas été appliqué, non en raison de scrupules humanitaires, mais parce que la guerre froide commençait. On en parle sur ce forum.

Les Américains, des scrupules humanitaires ? Ahah Laughing elle est pas mal celle-là. J'irais voir le topic en question donc.
avatar
Heroes_never_die

Nombre de messages : 121
Age : 27
Localisation : Ruines de l'Europe
Date d'inscription : 15/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Solstice7 le Lun 21 Déc - 17:46

C'est fou ce qu'on peut trouver en grattant un peu...
Merci C M Very Happy
L'histoire se fendille mais le vernis tient encore trop bien...
avatar
Solstice7

Nombre de messages : 23
Age : 54
Date d'inscription : 19/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Atrocités américaines : Les camps de la mort lente

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum