21 août 1944 : disparition de Noël de Tissot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

21 août 1944 : disparition de Noël de Tissot.

Message  Vlassov le Jeu 21 Aoû - 12:37

21 août 1944 :
disparition de Noël de Tissot.





Noël de Tissot est né le 22 décembre 1914, à Versailles.


Professeur de mathématiques et journaliste de métier, ii devient le secrétaire général
de la Légion des Combattants dans les Alpes maritimes en 1940.

C’est là qu’il rencontre Joseph Darnand, dont il devient le bras droit « intellectuel » ,
Pierre Cance en étant le bras « muscle »,
malgré le fait que Tissot soit un ancien membre du PPF.

Noël de Tissot est, avec Jean Bassompierre et le docteur Paul Durandy,
à l’ origine de la doctrine du S0L et de la Milice Française.


(Noël de Tissot, au premier plan, remet l’insigne noir aux SOL
de la Drôme le 30 août 1942
)

II est nommé secrétaire général de la Milice Française, à partir du 4 février 1943.
On doit d’ailleurs à Tissot le célèbre emblème milicien : le gamma stylisé.

II est l’un des cinq cosignataires du « Plan de redressement français »
de septembre 1943.
Rapport sur la situation politique en France, envoyé en plusieurs exemplaires
au Chancelier Hitler, Himmler et Rosenberg
.


Le 18 octobre 1943
, ii fait partie des cadres miliciens qui s’engagent
dans la Waffen-SS, il est alors marié avec un enfant.
Tissot fait partie de la promotion de français à Bad Tölz,
du 10 janvier au 4 mars 1944, dont il sort Obersturmfuhrer.
Ce qui est assez exceptionnel, Noel De Tissot n’étant que Maréchal des logis
dans l’armée française.

II est nommé chef de la 1ere compagnie de la 8. Franz. SS-Freiwilligen-Sturmbrigade.


(A gauche, Noël de Tissot)

En Galicie, il est isolé de ses camarades à l’aube du 21 août 1944,
lors d’une attaque venant d’un convoi soviétique, que Tissot et ses hommes avait abordé,
croyant avoir à faire à un convoi civil.

Noël de Tissot a probablement été fait prisonnier et exécuté.
Certains rescapés relatent qu’il a peut-être été tué par une rafale de mitrailleuse
du convoi, durant la confusion qui suivit l’attaque.

En tout cas, on ne le reverra plus après ce 21 août.







Source :  study



http://la-flamme.fr/category/non-classe/




Élite Révolutionnaire.








Article de Noël de Tissot,
paru dans le numéro 5 de Devenir, juin 1944.





" La grande et seule vérité qui permette de comprendre le sens du conflit actuel
c’est l’existence d’une communauté européenne.

Les quelques français qui ont eu le courage-il faudrait dire l’audace,
de défendre et de propager cette idée, sont trop souvent restés sur le plan abstrait
et facile des discussions et des conférences.
Une telle idée ne peut, en effet, s’imposer à un pays que si quelques hommes
commencent eux-mêmes par en vivre et par l’incarner aux yeux de tous les autres.
Elle renverse tant de faux préjugés, elle bouleverse tant de sentimentalités désuètes,
elle exige une largeur d’esprit et une telle hauteur de vues que, seule une véritable
élite révolutionnaire peut prétendre s’en faire le champion.

Premier pays à mettre en lumière l’idée d’une communauté européenne de race,
de sol, d’intérêt, l’Allemagne a été aussi la première à créer une élite révolutionnaire.

Les jeunes français qui se sont engagés dans la Waffen-SS ont été frappés
par le caractère politique des unités dans lesquelles ils étaient incorporés
pour leur instruction.
Ils ne devenaient pas seulement des soldats capables de combattre un ennemi
sur un champ de bataille, mais aussi des hommes politiques,
capables de comprendre les raisons et les conséquences de la lutte ou ils s’engageaient.

Soldat politique : l’association de ces deux mots n’est-elle pas déjà révolutionnaire ?

N’est-elle pas capable de scandaliser tous ces vieux militaires de carrière qui mettaient
une sorte de point d’honneur à servir n’importe quel régime,
au hasard des renversements politiques ?

Ne marque-t-elle pas déjà le dépassement des anciennes conceptions et l’avènement
d’un monde nouveau ?

Soldats, les jeunes Français de la Waffen-SS le sont devenus au sens le plus large
et le plus noble du mot.
L’austérité de la vie, l’intensité de l’entrainement physique, l’intérêt, la nouveauté
et la vérité de l’instruction de combat ont durci leur corps et trempé leur âme
en les préparant à la guerre.

Qui d’entre eux n’a pas été séduit par l’esprit moderne et audacieux
dans lequel est conçue l’instruction militaire ?

Développer chez l’homme l’esprit d’initiative, le mépris du danger,
voire le gout du risque, habituer le combattant aux sensations physiques
et morales du combat, créer chez le soldat les réflexes indispensables
au maniement automatique des armes, autant de principes selon lesquels
sont établies et organisées les manœuvres qui réussissent à placer la troupe
dans les conditions réelles du combat.

Tous les moyens matériels sont largement dispensés :

- cartouches de guerre, grenades à main, appuis d’artillerie,
collaboration avec les chars et avec l’aviation, etc, etc…
Plus d’un officier français de la Waffen-SS s’est rappelé avec amertume,
en conduisant sa section on sa compagnie, au milieu d’un tir de combat
où la violence du feu évoquait pour lui des souvenirs de guerre encore proches,
cette époque révolue et lamentable ou, par la grâce de la IIIème République,
il fallait une intervention auprès du Ministère de la Guerre, pour obtenir
la permission d’apprendre, à l’armée française, à lancer des grenades à main.

La fougue, la jeunesse et l’entrain avec lesquels sont conduits les moindres exercices,
parviennent à communiquer à la troupe un esprit d’agressivité qui la rend combattive,
et accrocheuse.

On pourrait citer de nombreux exemples, illustrant cette méthode :

- dans telle compagnie, un jour, à un tir d’école, les jeunes recrues tirent mal.

Le commandant de compagnie va se placer lui-même entre les cibles
et fait continuer le tir.
Dans telle section les hommes semblent éprouver une certaine appréhension
dans l’utilisation des grenades à main :

-  l’instructeur les dresse en 24 heures, au cours d’exercices variés,
à mettre à profit les 4 secondes de répit, entre l’amorçage et l’éclatement, etc…

La dureté du régime n’exclut jamais la bonne humeur.
La camaraderie et l’émulation sont les deux pôles entre lesquels oscille
l’enthousiasme viril des futurs combattants.

En vérité, on peut dire que l’ardeur d’un volontariat total et la perfection
d’une technique éprouvée, ont réussi à faire de la Brigade d’Assaut française
une troupe physiquement, moralement et techniquement prête à faire face
aux plus dures épreuves du front russe.

Mais ces jeunes hommes, qui ont quitté leur famille et leur pays,
pour représenter la France dans la fraction la plus dure d’une élite européenne,
ne sont pas seulement des soldats.
Pour la plupart, ils se sont volontairement donnés à cette aventure par idéal politique.

Les partis nationaux révolutionnaires français :

- Milice, P.P.F., R.N.P., etc , leur avaient fait comprendre la nécessité du combat
national-socialiste, à l’extérieur comme à l’intérieur.

Plus généreux, plus audacieux, plus « entiers » que les autres,
ils ont choisi l’engagement total, la lutte directe, le sacrifice immédiat et complet.
Leur a départ, pour l’Europe, parce qu’il a été matériellement vrai,
a été aussi moralement vrai ; la vision grandiose de l’Europe en guerre a vite élargi
leurs conceptions révolutionnaires.

Soldats politiques, ils sont restés Français, ils sont devenus SS.

Pour refaire une France forte, dure, virile, ils ont commencé par devenir
eux-mêmes forts, durs et virile.
Pour réveiller dans le sang de la race le gout de la grandeur et l’amour de l’aventure,
ils ont consenti eux-mêmes au sacrifice de leur bien-être et celui de leur vie.

Ils attendent maintenant, avec une impatience terrible, l’épreuve de force qui,
seule, peut valoriser leur geste :

-  l’épreuve du feu.

J’ai confiance que cette épreuve leur sera favorable grâce à leur sang versé,
la France pourra tenir son rang parmi les pionniers de l’Europe nouvelle. "

                                                                   
Noël de Tissot  SS-Obersturmführer

_________________

Les mites font des trous dans votre cerveau.
Combattez cette vermine.
Soyez anti ces mites !
avatar
Vlassov

Nombre de messages : 471
Age : 29
Localisation : Sibérie
Date d'inscription : 01/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum