Himmler rend compte de son entretien du 15 janvier 1945.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Himmler rend compte de son entretien du 15 janvier 1945.

Message  Jo la fouine le Sam 9 Aoû - 19:24


Himmler rend compte de son entretien du 15 janvier 1945.


Himmler rend compte de son entretien du 15 janvier 1945 avec Jean Marie Musy
(ancien président de la Confédération helvétique) au sujet des juifs.



Transcription

"J’ai rencontré lundi, le 15.1.1945, à Wildbad le président Dr Jean Marie Musy.
Il m’a demandé, manifestement de la part des Américains, si l’on pouvait trouver
une solution de grande envergure à la question juive. Il s’est offert d'y participer.

Quand je lui ai fait savoir que, sur mission du Joint  
[American Jewish Joint Distribution Committee], un juif, Sally Meier
[Saly Mayer] avait rencontré en Suisse un mandataire en mon nom,
le  SS-Obersturmbannführer  Becher, avec un Américain du nom de McClelland,
il a été très surpris.
Au terme d’un assez long entretien nous nous en sommes arrêtés aux points suivants :

1)

Il veut vérifier quelle est la mission de Sally Meier [Saly Mayer] et avec qui au juste
le Gouvernement américain est en relation. S’agit-il d’un juif, un rabbin, ou du Joint ?

2)

Je lui ai de nouveau précisé ma position.
Nous affectons les juifs au travail et, bien entendu, y compris à des travaux durs
tels que la construction de routes, de canaux,
les entreprises minières et ils ont là une forte mortalité.
Depuis que sont en cours les discussions sur l’amélioration du sort des juifs,
ils sont employés à des travaux normaux, mais il va de soi qu’ils doivent,
comme tout Allemand, travailler dans l’armement.

Notre point de vue sur la question juive est la suivante :

- La prise de position de l’Amérique et de l’Angleterre quant aux juifs
ne nous intèresse d’aucune façon.

Ce qui est clair, c’est que nous ne voulons pas les avoir en Allemagne
et dans le domaine de vie allemand en raison des décennies d’expérience
après la première guerre mondiale et que nous n’engagerons aucune discussion à ce sujet.

Si l’Amérique veut les prendre, nous nous en féliciterons.
Mais il doit être exclu, et là-dessus une garantie devra nous être donnée,
que les juifs que nous laisserons sortir par la Suisse
puissent jamais être refoulés vers la Palestine
.
Nous savons que les Arabes, tout autant que nous Allemands le faisons,
refusent les juifs  et nous ne voulons pas nous prêter à une indécence
telle que d’envoyer de nouveaux juifs à ce pauvre peuple martyrisé par les juifs.


3)

Economiquement nous adoptons le même point de vue que l’Amérique.
Tout comme chaque immigrant aux Etats-Unis doit verser mille dollars,
chaque émigrant quittant le domaine de souveraineté allemand doit également
verser 1 000 dollars.
L’argent, même en devises, ne nous intéresse pas.
Nous souhaitons que, pour l’argent qui sera versé en Suisse, s’ensuive une livraison
de marchandises selon les lois de la neutralité car l’argent en soi ne nous intéresse pas
et ne nous intéressent pas non plus les médicaments proposés comme le Cibasol,
que nous produisons nous-mêmes.
J’ai spécifié que nous intèressaient tracteurs, camions et machines-outils.

Le président Musy s’est remis en route aussitôt et voulait être de retour
le plus tôt possible.
Il insistait sans cesse sur le fait que la question juive n’était en soi qu’une affaire
accessoire car le principal était qu’ainsi puisse s’amorcer un plus vaste développement ";.

18.1.1945    MF/Bn.   H. Himmler
(Document de l’US-Document-Center Berlin.
Photographie dans Werner Maser, N¸rnberg,
Tribunal der Sieger, Droemer Knauer, M¸nchen-Z¸rich, 1979, p. 262-263).


Cette transcription dactylographique (Niederschrift) porte quelques annotations
de la main de Heinrich Himmler et, la fin, sa signature manuscrite
.

L’original de la phrase
: Nous savons […] martyrisé par les juifs est le suivant :

" Wir wissen, dass die Araber die Juden ebenso ablehnen wie wir Deutschen
es tun und geben uns zu einer solchen Unanst‰ndigkeit, diesem armem,
von den Juden gequ‰lten Volke neue Juden hinzuschicken, nicht her"  


Joachim von Ribbentrop
défendait sur le sujet des juifs la même politique,
qui était celle du IIIe Reich tout entier.
Le 29 avril 1944, Eberhard von Thadden, haut fonctionnaire du ministère
des Affaires Ètrangères du Reich, souvent en relation avec  Adolf Eichmann,
rappelait qu’en janvier 1944, le Gouvernement du Reich
avait répondu aux Britanniques :
   
" Le Gouvernement du Reich ne peut se prêter à une manœuvre tendant
à permettre aux juifs de chasser le noble et vaillant peuple arabe
de sa mère-patrie, la Palestine.
Ces pourparlers ne pourront se poursuivre qu’à la condition
que le Gouvernement britannique se déclare prêt à héberger les juifs
en Grande-Bretagne
, et  non en Palestine , et qu’il leur garantisse
qu’ils pourront s’y établir définitivement
"


(Document de Nuremberg NG 1794.
Traduction dans La Persécution des juifs dans les pays de l’Est présentée à Nuremberg,
Recueil de documents publiés sous la direction de Henri Monneray, ancien substitut
au Tribunal militaire international, introduction de René Cassin ,Paris,
Editions du Centre de documentation juive contemporaine], 1949, p. 169).

Bien d’autres documents et bien d’autres faits attestent de ce que le IIIe Reich
aspirait à l’expulsion des juifs d’Europe
et non à leur extermination
.

PS: On est loin, très loin de la version officielle que l'on nous sert depuis 69 ans !!
study   scratch

_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum