1er août 1914 : la France entre dans la Grande Guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1er août 1914 : la France entre dans la Grande Guerre.

Message  Vlassov le Dim 3 Aoû - 17:44









Le 1er août 1914, à 16h, le tocsin résonnait dans les villes et campagnes et le lendemain,
l’ordre de mobilisation était placardé.
Les Français entraient dans la Grande Guerre. Retour sur ces jours douloureux
à travers l’Histoire de France de Jacques Bainville.



Si, dans les années qui ont précédé 1914, quelque chose semblait garantir la paix,
c’était que les vaincus de 1871 ne songeaient pas à prendre leur revanche.
Et l’Allemagne était si forte que personne ne pensait à l’attaquer.
D’ordinaire, le vainqueur n’a pas intérêt à remettre sa victoire en question.
Mais l’Allemagne voulait la guerre. Elle avait un trop-plein d’hommes.
Elle était, comme aux anciens temps de l’histoire, poussée à envahir ses voisins.

Cependant, pour qu’elle n’eût pas à combattre seule toute l’Europe, pour qu’elle gardât
au moins l’Autriche comme alliée, il fallait que la guerre se présentât sur un prétexte
qui ne fût pas allemand, mais autrichien.
Telle fut justement l’occasion que lui fournit le conflit de l’Autriche avec la Serbie.
Ainsi c’était des lointaines régions de l’Europe, comme au dix-septième siècle,
après la Montagne Blanche, comme au dix-neuvième siècle, après Sadowa,
que la guerre avec l’Allemagne venait chercher les Français.

On se doutait si peu de ce qui allait se passer que le président Poincaré
et le président du Conseil Viviani rendaient une visite de politesse au tsar
lorsque l’ultimatum autrichien fut rédigé, d’accord avec l’Allemagne,
dans des termes tels qu’on pouvait croire que la Serbie ne les accepterait pas.
Cet ultimatum fut remis à Belgrade le 23 juillet, au moment où Poincaré et Viviani
quittaient Saint-Pétersbourg.
À Paris, l’ambassadeur allemand avertit tout de suite la France que les conséquences
d’une intervention quelconque dans cette affaire seraient « incalculables ».
La France et les puissances amies n’intervinrent que pour recommander à la Serbie
de céder, et la réponse serbe fut une acceptation sur tous les points, sauf un seul,
qui pouvait d’ailleurs se régler par un arbitrage.

Mais l’Autriche était résolue à écraser la Serbie et à en finir avec le péril slave
qui menaçait de la dissocier. L’Allemagne était résolue à la guerre.
Toutes deux repoussèrent la conférence européenne que l’Angleterre proposait.

Le tribunal de La Haye fut pareillement récusé :

- les institutions internationales par lesquelles on avait voulu, depuis une vingtaine d’années, conjurer le péril qui approchait ne comptèrent pas une minute.

Deux jours après la remise de l’ultimatum, l’Autriche déclarait la guerre à la Serbie.
Dans l’espace d’une semaine, le mécanisme des alliances joua et une partie de l’Europe
se jeta contre l’autre. Tout ce qui était contenu à grand-peine depuis 1871 fit explosion.

Tout servit à agrandir le massacre au lieu de l’arrêter :

- forces accumulées par le système de la paix armée, richesses et ressources créées
par de longues années de travail et de civilisation.

L’équilibre des systèmes diplomatiques, la dépendance des intérêts,
l’immensité même de la catastrophe que devait causer un pareil choc,
ce qu’on avait cru propre à prévenir le grand conflit fut inutile.
Les obstacles devinrent un aliment.
La démocratie, le socialisme international n’empêchèrent rien.
La guerre démocratique, de peuple à peuple, fut seulement « plus terrible »,
comme Mirabeau jadis l’avait prédit, et personne ne fut capable d’y mettre un terme
par les moyens qui limitaient les guerres d’autrefois.

Dès le 15 juillet, la volonté de l’Allemagne avait rendu un retour en arrière impossible
pour tout le monde. La mobilisation des uns entraînait celle des autres.
L’Autriche ayant mobilisé toutes ses forces, la Russie mobilisait les siennes à son tour.
Dans cette légitime mesure de précaution, l’Allemagne trouva le motif qu’elle cherchait.
Le 1er août, elle déclare la guerre à la Russie, somme la France d’annoncer ses intentions et, comme le gouvernement français se contente de répondre que la France
fera ce que ses intérêts commanderont, le gouvernement allemand invente
que nous l’avons nous-mêmes attaqué.
Le gouvernement de la République ne pouvait plus échapper au destin
et il y eut quelque chose de tragique dans ses efforts de la dernière heure.
Vainement le président Poincaré avait écrit au roi George pour l’avertir qu’un mot
de l’Angleterre, prononcé à temps, pouvait encore faire réfléchir l’Allemagne.
L’Angleterre a un Parlement, des ministres libéraux et pacifistes,
et elle n’interviendra qu’au moment où la Belgique sera envahie.

La France est bien obligée, le 2 août, de mobiliser à son tour :

- on rassure encore les Français, on leur dit que « la mobilisation n’est pas la guerre ».
Viviani ordonne que nos troupes se retirent à 10 kilomètres de la frontière pour prouver
que nous ne sommes pas les agresseurs.
Mais il était impossible de refuser le combat.
Si nous avions déclaré notre neutralité, renié l’alliance russe,
l’Allemagne aurait exigé comme gage la remise de Toul et de Verdun.
Elle aurait battu la Russie et nous eût ensuite tenus à sa discrétion.
La France devait se défendre ou accepter le joug.


Jacques Bainville
, Histoire de France,
éditions Kontre Kulture, p. 531-533




Source : study
http://www.egaliteetreconciliation.fr/1er-aout-1914-la-France-entre-dans-la-Grande-Guerre-27048.html

_________________

Les mites font des trous dans votre cerveau.
Combattez cette vermine.
Soyez anti ces mites !
avatar
Vlassov

Nombre de messages : 471
Age : 29
Localisation : Sibérie
Date d'inscription : 01/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1er août 1914 : la France entre dans la Grande Guerre.

Message  Jo la fouine le Dim 3 Aoû - 18:19

La vérité n'est pas celle que la version officielle nous fait croire depuis 100 ans,
mais celle-ci :

Jaurès avait raison !

Ce n'était pas l'Allemagne qui était responsable de cette boucherie,
et qui a payé le prix fort avec l'odieux Traîté de Versailles en 1919,
et par ricoché a engendré la Seconde Guerre mondiale.
Ce sont les Russes et leurs alliés les Serbes qui avaient comploté
pour obligé l'Allemagne à réagir !


Les mensonges perdurent encore en ce centenaire,
tout comme ceux de 1939-1945.


"Hommage à Jean Jaurès (ou :
les vrais responsables de la première guerre mondiale)"





Il y a eu 100 ans le 31 juillet, Jean Jaurès périssait assassiné.


Dans cette courte vidéo, Vincent Reynouard explique les deux raisons
pour lesquelles il rend hommage à Jean Jaurès :

1.
Il combattait la misère du petit peuple touché de plein fouet par la révolution industrielle,
triomphe de la bourgeoisie capitaliste;

2.
Il avait raison de s'opposer à la guerre due à la collusion russo-serbe qui rêvait de détruire
l'Autriche-Hongrie afin de permettre aux puissances slaves de dominer l'Europe de l'Est.
S'appuyant sur les révélations sensationnelles de Henri Pozzi en 1935,
Vincent Reynouard détruit la thèse selon laquelle l'Allemagne et ses alliés
auraient été les responsables de la guerre 14-18
.


_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum