L’Incroyable Affaire Faurisson.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Incroyable Affaire Faurisson.

Message  Jo la fouine le Lun 7 Juil - 10:15

 




L’Incroyable Affaire Faurisson.




Présentation du 5 juillet 2014





Parmi les nombreux procès intentés au professeur Robert Faurisson le plus important
par son étendue et ses conséquences a été celui qui s’est achevé avec l’arrêt,
mémorable en tout point, du 26 avril 1983, dont il n’est pas exagéré de dire
qu’il a marqué, pour la LICRA (anciennement LICA) et pour pléthore
d’associations juives et autres, une cuisante défaite.

C’est en raison précisément de cette défaite que les adversaires du professeur
se sont alors attelés à la préparation d’une loi, spéciale et exceptionnelle, qui,
sept années plus tard, le 13 juillet 1990, tout bonnement punira
« ceux qui auront contesté […]
l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité
»

tels que définis et punis avant tout, en 1945-1946, par le Tribunal militaire international
(TMI) de Nuremberg où les vainqueurs ont jugé leur vaincu :

- l’Allemagne nationale-socialiste.

Cette législation aberrante porte couramment la dénomination de « loi Faurisson »
ou de « loi Fabius-Gayssot » (voy. Eric Delcroix, La Police de la pensée contre
le Révisionnisme / Du jugement de Nuremberg à la loi Fabius-Gayssot, diffusion R.H.R.,
1994, La Sfinge, Rome, 2006, 128 p.).

Laurent Fabius, catholique non pratiquant d’origine juive, richissime sommité
du Parti socialiste, était à l’époque président de l’Assemblée nationale
tandis que Jean-Claude Gayssot était député stalinien de la région parisienne.




En 1982, dans ses deux premières éditions, dues à La Vieille Taupe ,
c’est-à-dire à Pierre Guillaume , L’Incroyable Affaire Faurisson se présentait sous la forme
d’une plaquette de 80 pages, signée « Le Citoyen ».

La couverture portait ironiquement :

- Les Petits Suppléments au Guide des droits des victimes, N° 1,
L’Incroyable Affaire Faurisson.

En page 3 se lisait :

- Supplément N° 1 /
« Du vrai et du faux dans une très singulière controverse civile »
;

- puis était annoncée la présentation (p. 5-22), intitulée :

« Nous n’irons plus au bois » et signée « Dagobert »
(en fait, trois universitaires :

- Marc Rouanet, Jean-Louis Tristani et un anonyme).

Etaient également annoncées d’abord les conclusions déposées par les intimées,
au nombre de onze à commencer par la LICRA (p. 25-32),
puis les conclusions de R. Faurisson (p. 33-76).
Les trois pages finales (77-80) présentaient deux documents et une bibliographie.
Le lecteur désireux d’aller tout de suite à l’essentiel peut limiter la lecture
aux pages 25-32 et 33-76.
Il mesurera la légèreté de l’accusation et le sérieux des arguments de la défense.



Suite:  study

http://robertfaurisson.blogspot.it/2014_07_01_archive.html

_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Incroyable Affaire Faurisson.

Message  Jo la fouine le Mer 9 Juil - 15:42


Heinrich Himmler
et les juifs.





Les historiens le savent mais on tend à le cacher au grand public :

- pendant la seconde guerre mondiale, les pourparlers entre, d’une part, les Alliés
ou les organisations juives et, d’autre part, les autorités du IIIe Reich n’ont pas manqué.
Et cela jusqu’à la fin de la guerre en Europe.
On en a un exemple avec un document reproduit en 1979 (première édition en 1977)
par l’historien Werner Maser et dont, le 26 juin 2008,
j’avais présenté la traduction sous le titre de :

« Heinrich Himmler rend compte de son entretien du 15 janvier 1945
avec Jean Marie Musy (ancien président de la Confédération helvétique)
au sujet des juifs
»


http://robertfaurisson.blogspot.fr/2008/06/heinrich-himmler-rend-compte-de-son.html


A l’époque j’avais insisté sur le point le plus important de cette « mise par écrit »
(Niederschrift) de Himmler :

- une fois de plus le Reichsführer y rappelait qu’il se réjouirait de voir les Etats-Unis
accepter de recevoir la totalité des juifs d’Europe mais à la condition expresse
que ces juifs ne puissent se rendre en Palestine pour y « martyriser » encore plus les Arabes.

J’ajoutais, document à l’appui, que Joachim von Ribbentrop,
ministre des Affaires étrangères, défendait sur le sujet des juifs la même politique
que Himmler, une politique qui était celle du IIIe Reich tout entier.

Dans ce dernier document on voyait que le Gouvernement du Reich avait répondu
aux Britanniques :

« Le Gouvernement du Reich ne peut se prêter
à une manœuvre tendant à permettre aux juifs de chasser le noble et vaillant
peuple arabe de sa mère patrie,la Palestine.
Ces pourparlers ne pourront se poursuivre qu’à condition
que le Gouvernement britannique se déclare prêt à héberger les juifs
en Grande-Bretagne [et dans l’Empire britannique], et non en Palestine,
et qu’il leur garantisse qu’ils pourront s’y établir définitivement
».



Suite : study

http://robertfaurisson.blogspot.fr/2012/07/heinrich-himmler-et-les-juifs.html

_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum