27 juin 1914 : naissance de Giorgio Almirante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

27 juin 1914 : naissance de Giorgio Almirante.

Message  Vlassov le Ven 27 Juin - 12:09

27 juin 1914   :
naissance de Giorgio Almirante.







Giorgio Almirante nait le 27 juin 1914
à Salsomaggiore en Émilie-Romagne
.


Giorgio Almirante provient d’une famille d’acteurs et de patriotes.

A Turin, il  passe sa maîtrise de lettres en 1937,
avec un mémoire sur la lecture de Dante au XVIIe siècle.  
Parallèlement à ses études, il commence une carrière de journaliste,
collaborant au quotidien fasciste Il Tevere (Le Tibre),
où il travaille jusqu’en 1943, date à laquelle il en est le rédacteur en chef.

Il est signataire en 1938 du Manifeste sur la race,
il est secrétaire de rédaction jusqu’en 1942 de la revue La défense de la race.

Après avoir pris part à la Campagne d’Afrique du Nord, Almirante adhère
à la République sociale, créée au lendemain de l’armistice du 8 septembre 1943.
Il passe à Salò et s’engage dans la Garde nationale républicaine
avec le grade de capomanipolo.
D’abord chef de cabinet du ministre de la Culture populaire de Mussolini,
il devient lieutenant de la brigade noire dépendant de ce même ministre.
C’est dans les rangs de cette entité qu’il va lutter contre les résistants,
notamment en Val d’Ossola et dans la région de Grosseto.

Giorgio Almirante passe dans la clandestinité, du 25 avril 1945,
date de l’armistice définitif, jusqu’en septembre 1946.

Le 26 décembre 1946, il participe à Rome à la création du MSI,
qu’il dirige jusqu’en 1950, puis à nouveau de 1969 à 1987.



Il entre à la Chambre des députés dès la première législature en 1948
et est systématiquement réélu jusqu’à sa mort.

Pendant sa longue permanence à la tête du MSI, Almirante sut faire valoir sa personnalité
posée et consensuelle, indispensable dans un parti au sein duquel,
surtout après la fusion avec les royalistes en 1971, militent des personnalités
aux origines politiques extrêmement diverses et aux caractères tout aussi variés.
Il est l’artisan de ce qui a été défini comme la « politique du costume croisé »,
à mi-chemin entre l’héritage fasciste et l’ouverture sur le système.


Au début des années 1970, par respect pour la discipline de parti,
il s’exprime contre l’introduction du divorce.
Sa position d’ouverture avait en effet été mise en minorité au sein du MSI
pendant les discussions.
Lui-même bénéficiera des possibilités offertes par la loi Fortuna-Baslini
pour divorcer de Gabriella Magnatti, sa première femme,
et se remarier avec Assunta Stramandinoli, veuve du marquis de Médicis
mais qu’il a connue à l’époque où ils étaient encore mariés.

En 1972, grâce notamment à la fusion avec le parti royaliste (PDIUM),
le MSI obtint son meilleur score aux élections législatives sous l’étiquette
MSI-Droite Nationale, avec 56 députés et 26 sénateurs.



Devenu le principal symbole de la droite anti-communiste,
Almirante est souvent attaqué par les forces de gauche,
et notamment celles d’extrême-gauche, qui l’accusent entre autres
d’avoir été un « fusilleur » sous la République de Salò.
Almirante répondit à ces accusations par procès et par la publication d’un livre,
Autobiographie d’un fusilleur  :

« Un titre doublement menteur puisque ce n’est pas une autobiographie
et que je ne suis pas un fusilleur
».




(En 1973, le Front National
s’ inspire de la flamme du MSI pour créer son emblème.)


Le Procureur général de Milan de l’époque décide alors de demander à la Chambre
l’autorisation d’engager une procédure contre lui pour tentative de reconstitution
du Parti Fasciste.
Celle-ci est accordée le 24 mai 1973 mais l’enquête ne débouche sur rien
et l’affaire est classée.

Vers la fin des années 1970, en pleine crise du terrorisme,
les fameuses Années de plomb,  Almirante prend parti pour le rétablissement
de la peine de mort pour les terroristes reconnus coupables d’assassinat.

Il s’oppose aussi à la légalisation de l’avortement en Italie.


Son état de santé le contraint en 1987 à abandonner la direction du parti
à son dauphin Gianfranco Fini, alors secrétaire du Front de la Jeunesse du MSI.
Ce choix revenant à couper les ponts avec le passé,
car « Personne ne pourra traiter de fasciste quelqu’un né après-guerre. »
Fini dira de lui qu’il était « un grand Italien » et
« le leader de la génération qui a refusé de se rendre. »



Il meurt à Rome, le 22 mai 1988,
après une opération subie à Paris
.


La cérémonie de ses obsèques se tient à Rome, dans l’église de la piazza Navona.
Il est inhumé au cimetière communal de Campo Verano de Rome.













Source :  study



http://la-flamme.fr/category/non-classe/

_________________

Les mites font des trous dans votre cerveau.
Combattez cette vermine.
Soyez anti ces mites !
avatar
Vlassov

Nombre de messages : 471
Age : 29
Localisation : Sibérie
Date d'inscription : 01/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum