12 mars 2013 : mort de Doug Christie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

12 mars 2013 : mort de Doug Christie.

Message  Vlassov le Mar 17 Juin - 12:49

12 mars 2013 :
 mort d’un grand avocat,
Doug Christie, «the Battling Barrister»




(1946 - 2013 )


« Bocage » nous l’annonce aujourd’hui en français,
Douglas (Doug) Christie est mort.



De son côté, la presse canadienne anglophone a diffusé la nouvelle en des termes
qu’on imagine malheureusement sans peine quand on sait que D. Christie s’était surtout
fait remarquer par sa défense sans concession d’une grande figure du révisionnisme historique, Ernst Zündel.
Mais , heureuse surprise , il s’est trouvé au moins un organe de cette presse,
le Times Colonist, de Victoria (province de la Colombie Britannique)
où vivait D. Christie, pour rappeler que cet extraordinaire avocat avait finalement
permis à E. Zündel de remporter en 1992 une victoire inespérée
contre les religionnaires de « l’Holocauste ».


Au terme d’un combat de neuf années, face à différents représentants du ministère public
et à une coalition d’organisations juives ou assimilées, E. Zündel, aidé de D. Christie,
le « Battling Barrister », allait obtenir de la Cour Suprême de Canada
la suppression de la section du code pénal (no. 181) sur le fondement de laquelle
il avait été poursuivi et condamné (elle-même basée sur une clause caduque
d’une très vieille loi anglaise ,à savoir le chapitre 34 du Statut de Westminster de 1275).

La section 181 réprimait la publication d’une « déclaration, une histoire ou une nouvelle
que [l’on] sait fausse et qui cause, ou est de nature à causer, une atteinte ou du tort
à quelque intérêt public
»
(ici, dans les termes mêmes du juge lors du premier procès en 1985 pour la publication
de la brochure Did Six Million Really Die?
(éditée en français sous le titre Six millions de morts le sont-ils réellement ?),
un « effet cancéreux … sur l’intérêt qu’a la société à ce que l’harmonie raciale
et religieuse règne au Canada »).
Or, le 27 août 1992, la Cour a finalement décidé que cette section 181
était incompatible avec la Charte canadienne des droits et libertés.


Un Français habitué à voir la justice de son pays régler le sort d’un révisionniste
en une ou deux après-midi à la XVIIème chambre du Tribunal correctionnel de Paris
,
serait stupéfait d’apprendre qu’à Toronto, en 1985, le premier procès Zündel
a duré sept semaines et le deuxième procès, en 1988, plus de quatre mois.
Ajoutons à cela que, dans les pays de droit anglo-saxon,le contenu de tout procès
fait l’objet d’une transcription intégrale tandis qu’en France, dans « notre »
XVIIème chambre, en règle générale, le greffier ou la greffière se contentent
de quelques notes portées au plumitif, nom donné au registre où le greffier
ne mentionne que les principaux faits de l’audience
.

Le résultat est le suivant :

- lorsque un justiciable français reçoit le texte d’un jugement ou d’un arrêt le concernant
et qu’il veut savoir en quels termes les magistrats ont rapporté et apprécié
ce qu’il a personnellement dit à la barre ,
il ne trouvera généralement RIEN ou presque RIEN !

Tout au plus aura-t-il la satisfaction de tomber sur une incise du type de
« M. X... (ou Mme X...) ayant été entendu(e) en ses arguments ».
Un lecteur de cette décision apprendra ainsi que le justiciable en question avait donc
oralement exposé des « arguments » mais il ne saura pas lesquels !
Il ignorera également la valeur ou la non-valeur que les magistrats ont attribué
à chacun de ces « arguments »-là.
Les magistrats lui feront peut-être la grâce d’exposer (à leur manière) et de juger
les « conclusions écrites » déposées par l’avocat du justiciable à l’ouverture
de l’audience mais ils n’iront guère plus loin.
Curieusement, les magistrats français et la plupart des avocats semblent fort bien
s’accommoder de ces faux-semblants et de cette véritable fumisterie.
Entre compères, installés dans leurs habitudes, ils s’entendent à reléguer le justiciable
au dernier rang de l’action judiciaire.
Le justiciable se voit traiter en gêneur qui, de toute façon, ne comprend pas grand-chose
au jeu de bilboquet où, dans leur commun jargon, se complaisent à la fois les avocats,
le ministère public et les trois juges.
Quant aux jurés populaires, ils brillent par leur absence.
L’historien qui, des années plus tard, voudra savoir ce qui s’est vraiment dit
dans le prétoire lors de telle affaire célèbre ou obscure en sera pour ses frais.


Rien de tel dans le système judiciaire anglo-saxon, bien plus sérieux et sévère,
où l’on peut savoir, à la virgule près, ce qui s’est dit durant tout un procès,
fût-ce le procès du plus humble des citoyens.
Et au moins ce dernier aura-t-il pu bénéficier de la présence de jurés.
D. Christie jouait à fond des possibilités que lui offrait ce système.
Il se souciait assez peu du juge à qui, s’il le fallait, il faisait sentir que son rôle
devait plutôt s’apparenter à celui d’un arbitre.
Pour le véritable avocat qu’il était, seuls devaient compter, à un bout de la chaîne,
des principes sacrés comme celui de la pleine liberté d’expression et le refus
de se laisser intimider et, à l’autre bout de la chaîne, les jurés, toujours admis,
le moment venu, à poser des questions et à réclamer des éclaircissements.
Il fuyait l’argutie juridique et, tourné vers les profanes, s’adressait à ces derniers
en un langage dru, direct et précis.
Il subjuguait par son aisance à fournir une définition ou des exemples.
Il était impavide.
Il se refusait à l’esbroufe. Il affectionnait ce qui était simple et concret.
Il frappait par sa façon hardie d’aller immédiatement au cœur brûlant du sujet à traiter.
En justice anglo-saxonne, le bavardage et la théorie sont proscrits, on ne tient pas
de discours et quasiment tout se fait par questions aiguës et précises suivies
de réponses aussi brèves que possible.
On y aime les faits et on y a horreur de ce qui est « emotional »
(propre à susciter une émotion qui vous est favorable).
Quant à l’expert, il n’est pas recruté, comme c’est le cas en France,
sur une liste de prétendus experts certifiés tels mais il est une personne qui, hic et nunc,
au terme d’un interrogatoire, d’un contre-interrogatoire et d’un ré-interrogatoire
devant le juge et le jury, aura su faire la preuve de son expérience, de la maîtrise
de son sujet et de son aptitude à se faire comprendre du profane.
J’ai personnellement assisté D.Christie pendant toute la durée du procès de 1985
et, pour des raisons de santé, seulement pendant une partie du procès
de 1988.
Notre collaboration s’est révélée si fructueuse que nous sommes parvenus,
en 1985, à écraser successivement Raul Hilberg, l’historien Number One
de « la Destruction des juifs d’Europe »,

- et Rudolf Vrba, le témoin Number One
des prétendus gazages homicides d’Auschwitz
.
La presse de l’époque avait manifesté sa surprise devant le haut degré
de préparation de la défense.
Puis, au procès de 1988, le « Rapport Leuchter »
sur les prétendues chambres à gaz homicides de Majdanek, d’Auschwitz et de Birkenau

avait porté le coup de grâce à la thèse exterminationniste
.
Sur le strict plan de la science et de l’histoire nous avions remporté toutes les victoires
possibles mais, bien sûr, les grands médias avaient d’autant plus renforcé
leur propagande holocaustique.
Sur le plan judiciaire, E. Zündel avait été provisoirement condamné.


J’avais noué des liens d’amitié avec D. Christie, qui était d’origine écossaise,
et avec son épouse, Keltie Zubko, d’origine ukrainienne.
A la maison Zündel, nous les appelions respectivement « the Devil »
et « the Angel » (le Diable et l’Ange).
A elle seule, l’atmosphère qui régnait dans la vaste demeure d’E. Zündel constituait
une exceptionnelle réussite d’organisation, de répartition des tâches, d’ardeur au travail,
de cordialité et d’enthousiasme avec d’inévitables épisodes de tension quand
ce n’était pas de crainte pour notre sécurité.
E. Zündel n’a pas son pareil pour susciter le dévouement à la juste cause
du révisionnisme.
Rarement aurai-je vu dans ma longue vie un tel rassemblement d’esprits
désintéressés et de si haute qualité. Bien des noms me reviennent en mémoire :

- je n’en citerai aucun de crainte d’oublier un seul de ces hommes,
une seule de ces femmes qui ont écrit ensemble une aussi belle page
de l’aventure humaine.
Je ne me permettrai qu’une exception pour mentionner Barbara Kulaszka,
une avocate, fille d’Ecossaise, dont le nom passera à la postérité pour son monumental ouvrage, Did Six Million Really Die? /
Report of the Evidence in the Canadian "False News"

Trial of Ernst Zündel – 1988, publié en 1992, VIII-564 pages
sur double colonne.



Pour le restant de leurs jours, Keltie et ses enfants devraient puiser
dans leur souvenir de Doug Christie des motifs de fierté,
un exemple de courage et une source d’énergie.  

12 mars 2013

R.Faurisson.






Sources
:  study

http://robertfaurisson.blogspot.it/2013_03_01_archive.html

http://wikipedia.qwika.com/en2fr/Doug_Christie_(lawyer)

Site de Douglas Christie :  study

http://www.douglaschristie.com/

March 12, 2013


Posted by N

Labels: Barbara Kulaszka,Douglas Christie,Ernst Zündel,Hilberg,
Keltie Zubko,Leuchter Report,Vrba.

study




[/b]

_________________

Les mites font des trous dans votre cerveau.
Combattez cette vermine.
Soyez anti ces mites !
avatar
Vlassov

Nombre de messages : 471
Age : 29
Localisation : Sibérie
Date d'inscription : 01/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum