24 avril 1856 : naissance du Maréchal Philippe Pétain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

24 avril 1856 : naissance du Maréchal Philippe Pétain.

Message  Vlassov le Jeu 24 Avr - 11:30


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
  study





Cette page de publicité, rédigé par Me Isorni
et signée par MM. François Lehideux et Hubert Massol
est parue dans Le Monde du Vendredi 13 juillet 1984 – Page 9



FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
   


Philippe Pétain, le 17 juin 1941.

AVEZ VOUS OUBLIÉ…  scratch

Qu’en 1916, seul le général Pétain sut opposer à l’ennemi une résistance victorieuse, qu’il fut l’homme de la victoire et mérita l’impérissable gloire d’être,
avec ses soldats, le vainqueur de Verdun ?

- Qu’en 1917, au moment des graves mutineries, seul le général Pétain sut,
avec une autorité et une humanité profondes, restaurer la discipline,
relever le moral et remettre l’armée sur le chemin de la victoire ?

- Que ses conceptions novatrices assurèrent à nos soldats de vaincre ?

- Que, chef des armées françaises, il défila à leur tête le 14 juillet 1919,
passe sous l’Arc de Triomphe dans un indescriptible enthousiasme ?

Il avait bien mérité de la patrie.

AVEZ VOUS OUBLIÉ…  scratch


Que sa vie déjà si longue fut alors mot entièrement consacrée à servir ?


- Que, créateur des chars, avec Estienne, en 1917, il conçut,
proposa leur utilisation dans le combat moderne, ainsi que le développement
de l’aviation ?

- Que, ministre de la guerre, il s’efforça d’augmenter les crédits de la défense nationale, augmentation que combattirent les forces de gauche ?

- Qu’en 1925 il défit Abd-el-Krim et sauva le Maroc ?


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
 


AVEZ VOUS OUBLIÉ… scratch

- Qu’en 1939 le gouvernement de Front populaire supplia Philippe Pétain,
dont Léon Blum affirmait qu’il était
« le plus humain de nos chefs  »
de représenter la France en Espagne et d’empêcher que Franco ne créât
un troisième front sur les Pyrénées ?

Miracle, l’Espagne renonça à faire la guerre à la France. Philippe Pétain,
ambassadeur, avait vu Franco.


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
   



SI VOUS AVEZ OUBLIÉ...
  scratch

- Qu’en 1940 les pouvoirs civil et militaire avaient conduit
la France au désastre.
Les responsables le supplièrent de venir à son secours.

- Par l’appel du 17 juin 1940, il obtint l’armistice, empêcha l’ennemi
de camper sur las bords la Méditerranée. Ce qui sauva les Alliés.

- Le pouvoir lui fut donné légalement par les Assemblées parlementaires,
où le Front populaire était majoritaire.

Les Français, reconnaissants, le tinrent, à juste titre pour leur sauveur.
Il y eut « quarante millions de pétainistes » (1).

Combien ne s’en souviennent plus et combien l’ont renié ?  scratch

- Qu’au milieu de difficultés qu’aucun chef de la France n’avait connues, des atrocités,
des persécutions nazies, il les protégea contre la toute puissance allemande
et sa barbarie, veillant aussi au salut de deux millions de prisonniers de guerre.

- Qu’il assura le pain de chaque jour, rétablit la justice sociale, défendit l’école libre,
sauvegarda une économie mise au pillage.

- Que par sa politique suprêmement habile, il alla le même jour à Montoire
et à Londres, par un représentant personnel, permettant à la France vaincue
de maintenir sa position entre les exigences contradictoires des Allemands
et des Alliés et, par ses accords secrets avec l’Amérique, de préparer
et de contribuer à la libération de la France, pour laquelle il avait formé
l’armée d’Afrique.

- Qu‘il conserva à la France la presque totalité de ce qu’on osait appeler
encore son Empire.

- Que Hitler et Ribbentrop lui reprochèrent sa résistance, le menacèrent, et que,
le 20 août 1944 las troupes allemandes le déportèrent en Allemagne.


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
   

SI VOUS AVEZ OUBLIÉ…  scratch


- Que pendant qu’il était captif de l’ennemi, Philippe Pétain fut poursuivi
sur l’ordre de Charles de Gaulle pour avoir trahi la patrie, alors qu’il avait
tout fait pour la sauver.

SI VOUS AVEZ OUBLIÉ…  scratch


- Que, s’évadant d’Allemagne, il revint en France, quel que fût le danger
personnel qu’il y pouvait courir, pour répondre à cette monstrueuse accusation
et essayer d’assurer, par sa présence,la sauvegarde de ceux qui lui avaient obéi.


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
   


SI VOUS AVEZ OUBLIÉ…  scratch

- Que l’accusation utilisa, avec les plus hautes complicités, un faux,
comme dans l’affaire Dreyfus, pour obtenir sa condamnation;
qu’à quatre vingt dix ans il fut, à la hâte, condamné à mort.

SAVEZ VOUS  scratch   study

- Que, consultée par différents sondages, l’opinion française se montra hostile
à cette condamnation 7

- Que, en 1984 encore, il y eut jusqu’à 61 % d’opinions hostiles
à cette condamnation ?


Est ce cela, la démocratie ? scratch


FRANÇAIS,
VOUS AVEZ LA MÉMOIRE COURTE
 


SI VOUS AVEZ OUBLIÉ… scratch

L’agonie du vieux chef dans sa dure prison de l’île d’Yeu
où il mourut à quatre vingt seize ans.


- Que, malgré de nombreuses demandes et de nombreuses preuves
de son innocence,justice ne lui fut jamais rendue.

- Que sa tombe est toujours en exil, à l’île dYeu, loin de ce champ de bataille
où il s’était illustré à jamais.


Demain, le Président de la République française et le Chancelier d’Allemagne
scelleront la réconciliation franco allemande en se rendant à Verdun.


FRANÇAIS,
SI VOUS N’AVEZ PAS LA MÉMOIRE COURTE,


Ne pensez vous pas qu’en ce lieu et qu’en ce jour l’ombre du Maréchal planera
sur cette rencontre ?

Ne pensez vous pas qu’après les temps de guerre étrangère et ceux die
guerre civile que la France a connus il serait contraire à toutes les lois de l’humanité
et de la justice que les Français ne se retrouvent pas enfin auprès de ce tombeau
qu’il avait souhaité et qui l’attend encore ?…

Comme l’a dit le Président de la République le 23 juin,
« les réconciliations d’aujourd’hui dominent les vieilles ruptures »  .


(1) Henri Amouroux

Ecrire à Association pour défendre la mémoire du Maréchal Pétain
6, rue de Marengo, 75001 Paris

et à l’Association nationale Pétain Verdun
78, avenue d’Argenteuil, 92600 Asnières












24 avril 1856 :
naissance du Maréchal Philippe Pétain.






Henri Philippe Bénoni Omer Pétain naît le 24 avril 1856 à Cauchy-à-la-Tour,
dans une famille de cultivateurs installée dans la commune depuis le XVIIIe siècle.

Bien que son acte de naissance porte les prénoms :
Henri, Philippe, Bénoni, Omer, c’est Philippe qu’il choisit et, tout au long de sa vie,
il a toujours pris soin de rectifier.

En 1876, Philippe Pétain est reçu 403e sur 412 à l’Ecole spéciale militaire
de Saint-Cyr.
Il en sort, en 1878 (Promotion De Plewna), 229e sur 386 élèves-officiers
et choisit de servir dans l’infanterie.



Sa carrière est dès lors jalonnée de garnisons métropolitaines :
Villefranche-sur-Mer, Besançon, Marseille, Amiens, Châlons-sur-Marne,
Quimper, Saumur, Arras, Saint-Omer, Paris.
Sous-lieutenant en 1878,
il est lieutenant en 1883,
capitaine en 1890,
commandant en 1900,
lieutenant-colonel en 1907
et colonel en 1910.
Avancement relativement lent, imputable à une droiture de caractère
peu compatible avec une époque où, comme le note Bainville,
dans son Histoire de France,  » la délation des « fiches »
s’organisa contre les officiers qui allaient à la messe.
Pétain, lui-même, est fiché en 1903 :  

« Passé à l’École de Guerre, inconnu, mais des renseignements
nouveaux et sérieux le donnent comme professant des idées nationales et cléricales.»
 

Promu colonel en 1910, Philippe Pétain suit les études du CHEM
(Centre des hautes études militaires) puis enseigne la tactique générale
à l’Ecole de cavalerie de Saumur.
A la fin de 1912, il prend le commandement du 33e R.I. à Arras,
où le sous-lieutenant Charles De Gaulle est affecté à sa sortie de Saint-Cyr.
Une estime réciproque s’établit.

De Gaulle est noté par Pétain :

« Sorti de Saint-Cyr avec le n°13 sur 211, s’affirme, dès le début,
comme un officier de réelle valeur qui donne les plus belles espérances pour l’avenir (…)
Très intelligent, aime son métier avec passion
(…) Digne de tous les éloges
»   .

Quant à De Gaulle, il écrira dans ses Mémoires :

« Après Saint-Cyr, je fis au 33e régiment d’infanterie, à Arras,
mon apprentissage d’officier.
Mon premier colonel, Pétain, me démontra ce que valent le don
et l’art de commander
»   .

En mars 1914, le colonel Pétain prend le commandement par intérim
de la 4e brigade à Saint-Omer.
C’est à sa tête qu’il est engagé dans le conflit qui éclate le 3 août 1914.
Conflit au cours duquel il va gravir tous les échelons du commandement,
jusqu’au commandement en chef des armées françaises,
couronné par son élévation à la dignité de Maréchal de France.









Source :  study
http://la-flamme.fr/category/non-classe/



_________________

Les mites font des trous dans votre cerveau.
Combattez cette vermine.
Soyez anti ces mites !
avatar
Vlassov

Nombre de messages : 471
Age : 29
Localisation : Sibérie
Date d'inscription : 01/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum