Sur le «remède miracle» qui permit le relèvement économique de l’Allemagne sous Hitler.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sur le «remède miracle» qui permit le relèvement économique de l’Allemagne sous Hitler.

Message  Mr Klein le Jeu 10 Jan - 13:54


Sur le «remède miracle» qui permit le relèvement économique de l’Allemagne sous Hitler.





Question.




Quel fut le remède miracle qui permit aux nationaux-socialistes
de relever le pays en quelques années seulement ?





Réponse.




La question est vaste;elle mériterait une étude complète qu’il est impossible
de mener ici.
Je me contenterai de répondre en exposant le principe général et en donnant
un exemple particulier.



Principe général :

- dans le IIIe Reich où l’économie était dirigée en vue du bien commun,
quand il fallait résoudre un problème, toutes les énergies étaient rassemblées
pour le solutionner
.



Exemple :

-en mars 1937,à l’issue du premier Plan de quatre ans,
Hermann Göring constata que, malgré les efforts fournis,
une insuffisance de 17 % par rapport aux besoins
de ravitaillement subsistait en Allemagne.
Le gouvernement prit alors les mesures suivantes à réaliser pendant
le deuxième Plan de quatre ans :



1. Déblocage d’un crédit d’un milliard de RM
(200 millions en 1937, avec évolution progressive chaque année pour atteindre
300 millions en 1940) afin d’amender 2 millions d’hectares de terrains ;

- regroupement des terres ;

- subventions spéciales pour la transformation des prairies en terres de culture ;



2.

-
Diminution forcée de 30 % des prix des engrais azotés
,
avec effet rétroactif au 1er janvier 1937 ;

-diminution de 25 % des prix de la potasse ;

- diminution prix du transport des engrais à base de chaux.
Afin que l’industrie des engrais puisse supporter ces baisses forcées,
mise en place d’une politique pour augmenter de 30 % l’utilisation des engrais.
D’où :


a. subventions prévues pour la construction de silos et de fosses à fumier
modernes dans les fermes.


b. encouragement à l’augmentation de la production des pommes de terre
utilisées dans l’industrie de la viande, par la hausse du prix de la pomme de terre
destinée aux animaux (17 à 20 pfennigs).



3. Afin que cette augmentation ne se répercute pas finalement sur la viande,
déblocage de subventions d’État.



4.
Contrôle des cultivateurs
avec établissement d’un plan descriptif
permettant de se rendre compte de la possibilité de production de chaque exploitation.
Mesures contre les cultivateurs incapables d’augmenter la production allant
du simple avertissement à l’affermage du domaine à un cultivateur expérimenté.



5.
Construction de logements à loyers réduits pour la main-d’œuvre agricole
.
Crédit de 44 millions affecté à cette destination.
Subvention de 1 800 RM à tout cultivateur faisant construire une maison.



6.
Crédits très avantageux prévus pour l’achat
de machines agricoles.



Les sommes promises pouvaient paraître folles.
Mais l’État savait qu’en renforçant la production agricole, il allait favoriser
non seulement le commerce, mais aussi le repeuplement des campagnes
avec la venue de familles d’ouvriers.
D’où la nécessité de nouvelles écoles, de nouveaux de commerces, de médecins,
de garagistes supplémentaires etc.
Voilà pourquoi dans son éditorial du 24 mars 1937, le Berliner Lokal-Anzeiger
put se féliciter ainsi :


"Les nouvelles mesures constituent un nouveau renforcement de la force
économique de la classe paysanne et de la valeur qu’on lui attribue.
Elles contribueront à arrêter la désertion des campagnes et à appuyer une politique
saine de repopulation… Les prescriptions de Göring ne constituent pas seulement
un important fondement de consolidation pour le Plan de quatre ans ; elles sont
en outre un élément d’une politique économique d’équilibre et de justice"

[Voy. le Berliner Lokal-Anzeiger , 24 mars 1937.].



Une fois ces mesures connues, la National-Zeitung écrivit :


"Ici également se rencontre l’avantage pratique d’un gouvernement national-socialiste.
Le but est reconnu, et avec l’énergie habituelle,on emploie, sans hésiter longuement,
les moyens et les forces nécessaires pour l’atteindre. C’est à cette résolution
que l’Allemagne nationale-socialiste doit les succès de ces quatre premières années,
qui, pour l’étranger, représentent un miracle"

[Voy. la National-Zeitung, 24 mars 1937.].



Finalement, la méthode nationale-socialiste n’avait rien d’extraordinaire :
elle consistait à jeter par-dessus bord les droits l’homme avec leur liberté individuelle
pour privilégier le bien commun.


avatar
Mr Klein
Admin
Admin

Nombre de messages : 880
Age : 70
Localisation : Caluire (Rhône)
Date d'inscription : 15/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum