Le faux témoin Rudolf Vrba...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le faux témoin Rudolf Vrba...

Message  Mr Klein le Jeu 20 Déc - 14:38



Le cas du « War Refugee Board Report »



Un document qui se voulait exceptionnel


(Le faux témoin Rudolf Vrba)


En novembre 1944, le War Refugee Board
(une officine américaine chargée de secourir les réfugiés) publia un rapport
fondé sur les allégations de deux juifs, Rudolf Vrba et Fred Wetzler,
qui affirmaient s’être échappés de Birkenau sept mois auparavant.
Les auteurs donnaient un plan schématique des quatre crématoires du camp
et expliquaient ainsi le processus de gazage :



"Les crématoires du type I et II se composent de trois parties :

- a) la salle des fours ;

-b) le grand hall ;

- c) la chambre à gaz. Une cheminée gigantesque s’élève du milieu
de la salle des fours ; il y a là neuf fours, ayant quatre orifices chacun […].

A côté se trouve un grand hall de préparation,aménagé de façon à faire croire
qu’on se trouve dans le hall d’une installation de bains.
Il peut contenir 2 000 personnes et on dit qu’en dessous
se trouve une salle d’attente de la même dimension.
Derrière une porte, quelques marches conduisent dans la chambre à gaz,
étroite et très longue,qui est située un peu plus bas.
Des installations de douches sont peintes sur le mur,de manière à créer l’apparence
d’une immense salle de bains.
Le toit plat porte trois fenêtres qu’on peut fermer hermétiquement
de l’extérieur au moyen de volets.
Une paire de rails va de la chambre à gaz à la salle des fours,en passant
par le grand hall.

L’opération de gazage se déroule de la manière suivante :
les victimes sont conduites dans le hall B, où on leur dit qu’on les mènera aux bains.
On les oblige à se déshabiller et,afin de renforcer leur conviction qu’en effet
on les conduit aux bains,des hommes en blouses blanches remettent
à chaque personne une serviette et un petit morceau de savon.
Ensuite, on les presse dans la chambre à gaz C.
2 000 personnes s’y entassent de telle façon que,par la force des choses,
tout le monde reste debout […].Quand tout le monde est enfin entré dans la chambre,
on ferme la lourde porte.
Puis on attend un peu, probablement pour faire monter la température à l’intérieur
de la chambre à un certain degré. Ensuite, des SS munis de masques à gaz
et portant des boîtes en fer blanc montent sur le toit,ouvrent les volets
et versent le contenu des boîtes, un produit poussiéreux, dans la chambre.
Ces boîtes portent l’inscription « Cyclon – insecticide » […].
Au bout de trois minutes, toute vie dans la chambre a cessé […].
Puis on ouvre la chambre,on l’aère et,sur des wagonnets plats,le commando spécial transporte les corps à la salle des fours,où on procède à l’incinération"
[1].


Les Alliés n’ont pas utilisé le War Refugee Board Report



Pour la première fois,donc,le monde était vraiment informé.
Or,il est intéressant de voir que ce document ne fit pas grand bruit.
En particulier, les dirigeants alliés n’en profitèrent pas pour rédiger
une nouvelle déclaration commune sur les « atrocités nazies »
du type de celles qu’ils avaient diffusées en décembre 1942,en novembre 1943 et,
dans une moindre mesure, en octobre 1944.
Pourtant, je rappelle qu’en novembre 1943,les Alliés avaient failli parler
des « chambres à gaz » homicides, mais
qu’ils s’en étaient abstenu au tout dernier moment à la suggestion
du gouvernement britannique qui arguait,avec raison , l’absence
de « preuve suffisante »[2]
(voir le document) ;



je rappelle également qu’en octobre 1944, après que les radios anglaises
et américaines eurent accusé les Allemands d’avoir « des plans [en vue de]
l’exécution massive des populations des camps de concentration »,
le Service télégraphique allemand avaient immédiatement répliqué :

« ces rumeurs sont fausses d’un bout à l’autre »[3].

Par conséquent, c’était l’occasion de river le clou aux « nazis menteurs » ;
c’était l’occasion de dire :

« Cette fois, on détient la preuve, et vos démentis ne serviront à rien ».

Or,les Alliés n’en ont pas profité. Ils n’ont fait aucune déclaration commune…

Signalons également qu’en France, le rapport du « War Refugee Board »
ne fit même pas l’objet d’une publication officielle.
Une version française parut en 1945, mais dans une brochure publiée
à compte d’auteur par un certain L. Simon et intitulée :

Souvenirs de la maison des morts. Le massacre des juifs.

Soulignons enfin qu’à Nuremberg, ce document ne fut même pas lu.
Il ne fut mentionné qu’une seule fois par l’Accusation, et très rapidement,
le 14 décembre 1945, afin de « prouver » qu’à Birkenau,
1 765 000 juifs avaient été massacrés[4].
A aucun autre moment,il ne fut produit lors des débats pour expliquer,par exemple,
le processus de gazage. Dans les tomes réservés aux documents, seule une page
est reproduite,la page 33 sur laquelle on lisait le décompte qui permettait d’arriver
à ce total de 1 765 000 morts (voir le document).






… parce qu’ils savaient qu’il était mensonger.



Pourquoi cette discrétion ?
Tout simplement parce que les auteurs de ce rapport étaient des menteurs évidents.
Par exemple,les crématoires tels qu’ils les dessinaient sur leur plan de Birkenau
n’avaient aucun rapport avec les crématoires qui existaient dans la réalité.
Or,depuis l’été 1944,grâce aux clichés aériens pris par leurs avions de reconnaissance,
les Américains connaissaient la forme de ces bâtiments.
La complète différence apparaissait au moindre coup d’œil,surtout pour les crématoires
2 et 3 (voir les documents).



J’ajoute qu’en janvier 1945,les Soviétiques investirent le camp d’Auschwitz
et qu’en mars,une commission d’enquête commença son travail.
Grâce aux archives saisies,elle put rapidement connaître le plan des crématoires,
la disposition des pièces, le nombre de fours etc.
Dès lors,il apparut :

- que les deux évadés avaient donné des renseignements erronés au sujet
des fours crématoires : les Krema II et III étaient dotés de cinq fours trimoufles
et non de neuf fours à quatre moufles ;

- que le processus de gazage expliqué par les deux évadés était faux ;
en particulier l’histoire des rails qui auraient permis le transport des victimes
sur des wagonnets jusqu’à la salle des fours était complètement fantaisiste,
puisque d’après la version soviétique
(qui,elle,se fondait au moins sur les plans exacts), la chambre à gaz était
au sous-sol et les fours au rez-de-chaussée.

Le « War Refugee Board Report » était donc le fruit de l’imagination
maladive de deux menteurs.
R.Vrba fut d’ailleurs démasqué en 1985 à Toronto,
lors du premier procès Zündel.
Contraint de battre en retraite face aux questions que lui posait l’avocat de l’accusé,
il finit par s’effondrer et n’osa pas revenir déposer trois ans plus tard,
lors du deuxième procès Zündel [5].

--------------------------------------------------------------------------------

[1] Voy. L. Simon, Souvenirs de la maison des morts. Le massacre des juifs
(auto-édité, 1945), pp. 52-3.


[2] Voy. le télégramme de Cordell Hull à l’ambassadeur américain à Moscou,
30 août 1943, dans Foreign Relations…, op. cit., 1943, vol. 1, pp. 416-7 :
« A la suggestion du Gouvernement britannique qui dit
qu’il n’y a pas de preuve suffisante pour justifier la déclaration concernant
les exécutions en chambres à gaz
[…]
».


[3] Voy. A. Butz, « Contexte historique et perspective d’ensemble
dans la controverse sur l’ “Holocauste” »,paru dans la Revue d’histoire révisionniste,
n° 2, août 1990, p. 120.


[4]
« COMMANDANT WALSH. […] Je présente maintenant comme preuve
le document L-22, (USA-294). C’est un rapport officiel du Gouvernement
des Etats-Unis […] concernant les camps de concentration allemands d’Auschwitz
et de Birkenau, daté 1944.
A la page 33 de ce compte rendu on montre que beaucoup de juifs furent tués
par les gaz à Birkenau en 2 ans,d’avril 1942 à avril 1944.
On m’a affirmé que le chiffre figurant ici n’est pas une erreur : il est de 1 765 000
»
(TMI, III, 571).


[5] Sur l’effondrement de R. Vrba lors du premier procès Zündel,
voy. les Annales d’histoire révisionniste, n° 8 (pp. 34-38) et 5 (pp. 35-37).
Sur le fait qu’en 1988, R. Vrba ne revint pas témoigner,
voy. les Annales…, n° 5, p. 43.
avatar
Mr Klein
Admin
Admin

Nombre de messages : 880
Age : 70
Localisation : Caluire (Rhône)
Date d'inscription : 15/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le faux témoin Rudolf Vrba...

Message  Jo la fouine le Ven 11 Jan - 16:25

D'après ce que je peux lire ou entendre,ce chiffre de 6 millions
est un chiffre "magique" qui perdure depuis plus d'un siècle,voyez vous-même:


http://www.propagandes.info/product_info.php/le-chiffre-de-six-millions-dans-la-presse-sioniste-depuis-les-annees-1900-p-66


_________________
J'adore fouiller dans les poubelles de l'Histoire,
on y trouve souvent des pages de l'Histoire arrachées,
raturées,cachées,souvent dérangeantes...


avatar
Jo la fouine

Nombre de messages : 875
Age : 49
Localisation : Archives nationales
Date d'inscription : 15/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le faux témoin Rudolf Vrba...

Message  Rintintin le Jeu 21 Fév - 17:14

avatar
Rintintin

Nombre de messages : 537
Age : 32
Localisation : Laval (Mayenne)
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le faux témoin Rudolf Vrba...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum