Chil Rajchman:"Je suis le dernier juif" Treblinka (1942-1943)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chil Rajchman:"Je suis le dernier juif" Treblinka (1942-1943)

Message  Lucien le Mer 24 Oct - 11:12


Chil Rajchman, Je suis le dernier Juif,Treblinka (1942-1943)


Né à Lodz, en Pologne, en 1914, Chil Rajchman est déporté à Treblinka
en octobre 1942. A l'arrivée il est séparé de sa soeur cadette qui part directement
à la chambre à gaz. Lui est sélectionné pour ramasser les vêtements abandonnés
par les victimes sur le quai d'arrivée. Il échappe ainsi à la mort.
Plus tard il devient coiffeur (il coupe les cheveux des femmes avant qu'elles
soient gazées) puis dentiste (il arrache les dents en or des cadavres).
Le 2 août 1943 les prisonniers de Treblinka se révoltent, Chil fait partie de ceux
qui arrivent à s'échapper. Il se cache à Varsovie jusqu'à la fin de la guerre.
Il émigre en Uruguay où il meurt en 2004.

Treblinka était un centre de mise à mort, un lieu où les Juifs étaient assassinés
dès leur arrivée; mis à part ceux qui, comme Chil, étaient gardés en vie
pour accomplir le travail de manutention.
On estime que les nazis ont tué 700 000 à 900 000 Juifs à Treblinka.
Chil Rajchman est un des 57 survivants. Son témoignage est donc rare.
Il l'est d'autant plus qu'il a été écrit très vite après les événements, avant même
la fin de la guerre. Beaucoup de récits de survivants de la shoah ont été écrits
des années après les faits, alors que la mémoire s'est recomposée.
Toute sa vie Chil Rajchman a conservé son texte avec lui et il a demandé
à sa famille de le publier après sa mort, ce qui a été fait récemment.



Dès l'arrivée à Treblinka Chil, qui a espéré pendant tout le trajet qu'on
les emmenaient au travail forcé, comprend ce qui les attend :

"Par la lucarne du wagon nous découvrons un tableau terrifiant, une image de mort. Des monceaux de vêtements. Je réalise que nous sommes perdus. C'est fini."

Ce passage qui vient tout au début du livre m'a frappée au coeur et j'ai pensé
que j'allais avoir du mal à lire la suite. Mais l'écriture rend très bien le rythme
effréné qui est celui de la vie des prisonniers. Ils sont sans arrêt sous la menace
des coups des brutes sadiques qui leur servent de gardiens et ils n'ont pas
un instant pour réfléchir. Et la lecture, c'est pareil.
J'ai été happée par le mouvement, pratiquement sans pouvoir m'arrêter.
Ce n'est qu'à la toute fin que l'émotion m'a reprise violemment :

"Oui, j'ai survécu et je suis libre, mais à quoi bon ? Je me le demande souvent.
Pour raconter l'assassinat de millions de victimes innocentes, pour témoigner
d'un sang innocent versé par ces assassins.

Oui, j'ai survécu pour témoigner de ce grand abattoir : Tréblinka."


Un texte puissant.


source:
http://monbiblioblog.over-blog.com/article-chil-rajchman-je-suis-le-dernier-juif-54402914.html


_________________
Le train sifflera 3 fois!
avatar
Lucien
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 248
Age : 65
Localisation : Cote de bourg
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chil Rajchman:"Je suis le dernier juif" Treblinka (1942-1943)

Message  Rintintin le Jeu 25 Oct - 15:44

A lire , édifiant ! en voici quelques passages.


"Miracles" à Treblinka.


Au sujet des "chambres à gaz",l'auteur écrit:

"La chambre à gaz mesure sept mètres sur sept.Au milieu de la pièce,
il y a des pommeaux de douche,par lesquels le gaz arrive.
Un tuyau court le long du mur pour extraire l'air.Les portes sont entourées
de rembourrage.Le bâtiment compte dix chambres à gaz comme celle-ci"

(page.37).

Cette description est compatible avec la thèse officielle.
Elle est toutefois trop vague pour être analysée.
Au sujet des prétendues fosses de crémation,il en donne des dimensions
également compatibles avec ce que l'on peut lire ailleurs:cinquante mètres
de longueur,trente mètres de large et "d'une profondeur équivalente
à plusieurs étages d'habitation,quatre selon mon estimation"
(p.80).

Deux bons points,donc,pour ce "témoin".
Mais rapidement,on sombre dans le grand guignol révélateur du mensonge.
A la page 79,ainsi,Chil Rajchman prétend décrire les victimes des grandes
chambres à gaz,où la mort survenait en 45 minutes environ.On lit:

"ils avaient le visage tout noir,comme s'ils avaient été brûlés,les corps étaient
gonflés et bleus.Ils avaient tellement serré les mâchoires qu'il était impossible
de les leur desserrer pour accéder aux couronnes en or,il fallait parfois arracher
les vraies dents pour leur ouvrir la bouche"
(p.79).

Je passe rapidement sur le visage noirci,pourquoi pas,si le gazage était réalisé
avec de la fumée d'échappement d'un moteur diesel? Mais je rappellerai:

- qu'une intoxication au monoxyde de carbone laisse le corps rouge,et non bleu,

- qu'un cadavre ne gonfle pas en quelques dizaines de minutes,

- que la raideur des muscles,même si elle pouvait survenir rapidement,
ne peut empêcher d'ouvrir la bouche du cadavre.

Plus loin,Chil Rajchman prétend que le sang des gens enterrés dans les fosses
remontait à la surface pendant la nuit et repoussait la terre.Sans rire,
il explique ce phénomène par le fait que "le sang des dizaines de milliers
de victimes ne peut reposer en paix.Il remonte à la surface."

C'est totalement grotesque.

Mais le paroxysme du ridicule arrive plus loin,à la page 104,lorsqu'il raconte
qu'un jour,le feu fut mis par accident à une fosse d'inhumation:

"Le sang d'un quart de million de personnes s'est enflammé et a brûlé
jusqu'au lendemain soir.La direction du camp au grand complet est venue
contempler le miracle.Elle a admiré ce feu grandiose.Le sang est remonté
à la surface et s'est embrasé comme du combustible"
(p.104).

Le sang qui s'enflamme miraculeusement ! Si l'on veut croire à ce miracle,
il faut en déduire que Dieu aidait les Allemands dans leur tâche...
Désolé,mais je ne marche pas.
Dernière remarque.Le "témoin" raconte qu'au moment de vider les fosses
afin de faire disparaître les cadavres,des bûchers à haut rendement furent
construits avec des rails.Leurs dimensions:trente mètres de long sur un mètre
cinquante de large.Il explique:"on dispose une première couche de femmes,
des femmes particulièrement grosses,le ventre contre les rails."
(p.100).
Puis on jette d'autres corps pour former un tas pyramidal "jusqu'à deux mètres
de haut" (id.).
Cela fait,nous dit-il,"jusqu'à deux mille cinq cent cadavres
sur le bûcher" (id.
).

Or,je rappelle que cinq corps entassés en désordre occupent un volume d'environ
0,5 mètre cube.Un rapide calcul montre que pour entasser 2 500 corps sur
un tel bûcher,la hauteur du tas pyramidal devrait atteindre plus de 80 m.
Chil Rajchman raconte donc n'importe quoi.Il est l'exemple type de ces faux témoins
qui pullulent depuis 1945...
avatar
Rintintin

Nombre de messages : 537
Age : 32
Localisation : Laval (Mayenne)
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chil Rajchman:"Je suis le dernier juif" Treblinka (1942-1943)

Message  Rintintin le Jeu 21 Fév - 17:11

A propos du film de Steven Spielberg :

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EFkFZZuFlEWgjWbwSg.shtml
avatar
Rintintin

Nombre de messages : 537
Age : 32
Localisation : Laval (Mayenne)
Date d'inscription : 22/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chil Rajchman:"Je suis le dernier juif" Treblinka (1942-1943)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum