L'automne islamique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'automne islamique

Message  Terreblanche le Mer 26 Oct - 10:44


En Libye, les masques sont vite tombés :

dimanche 22 octobre, à Tripoli, devant une foule enthousiaste, le président du CNT, Mustapha Abdel Jalil, a ainsi déclaré que la charia serait désormais la base
de la Constitution ainsi que du droit, que la polygamie, interdite sous Kadhafi,
serait rétablie et que le divorce, autorisé sous l’ancien régime, était désormais illégal. Pour mémoire, Mustapha Abdel Jalil que le président Sarkozy a chaleureusement accueilli sur les marches de l’Elysée encore chaudes des pas du défunt colonel Khadafi, a un incontestable passé de « démocrate ». Dans les années 2000,
ce sénoussiste proche des Frères musulmans présida la cour d’appel de Tripoli qui, par deux fois, confirma la condamnation à mort des infirmières bulgares.
En 2007, pour le remercier de son zèle, le colonel Kadhafi le nomma ministre
de la Justice, poste dont il démissionna en 2010 pour protester contre la politique anti islamiste du régime. Comme BHL ne cesse de l’affirmer, nous sommes donc
bien en présence d’un islamiste « modéré »…
Depuis le premier jour, j’ai soutenu que l’intervention de l’OTAN en Libye était
une erreur politique reposant sur une hypocrisie et qu’elle aurait des résultats contraires aux buts recherchés. Les faits ne m’ont hélas pas démenti.
Une politique se jugeant à ses résultats, faisons un bref rappel de cet engrenage libyen qui prépara le triomphe des islamistes aujourd’hui et qui annonce l’anarchie
de demain :


1) Ce fut officiellement pour protéger les civils de Benghazi que la France
arracha à l’ONU le droit d’imposer une zone d’exclusion aérienne.


2) Devant l’incapacité des rebelles à entamer les défenses du régime,
la France fut peu à peu contrainte de s’immiscer dans une guerre civile
qui lui était totalement étrangère.


3) La situation militaire étant bloquée, la France s’est alors engagée
sur le terrain, notamment, mais pas exclusivement, à Misrata et dans le djebel Nefusa.


4) Enfin, outrepassant une fois encore le mandat de l’ONU, l’OTAN
porta l’estocade finale en offrant ou en livrant le colonel Kadhafi aux insurgés
avec le résultat que nous connaissons.


En Tunisie, c’est à une autre « grande avancée » démocratique que nous assistons avec les forts résultats obtenus par les islamistes du mouvement ennadha.
Là encore, ce que j’écrivais au mois de décembre 2010, dès le début des évènements, s’est réalisé.
Ceux qui regardèrent la « révolution du jasmin » avec les yeux de Chimène
sont donc aujourd’hui cocus. Mais ce sont des cocus contents puisque les médias
leur disent qu’ennadha a rompu avec le fondamentalisme et qu’il est désormais
« modéré » prônant un islam « à la turque »…
Vu de France, une grande leçon doit être retenue : les immigrés tunisiens qui
y vivent ont majoritairement voté pour les islamistes, ce qui devrait naturellement encourager ceux qui veulent accorder le droit de vote aux étrangers à persévérer dans leur entreprise suicidaire.
L’aveuglement et la bêtise n’ont d’ailleurs pas de limites car, depuis plusieurs décennies, au nom des « droits de l’Homme », religion-vérité postulée universelle,
les « Occidentaux » n’ont cessé de faire fausse route dans le monde arabo-musulman où ils ont préparé la voie à l’anarchie et à l’islamisme.


Bernard Lugan

24/10/2011

http://www.bernard-lugan.com

_________________
France,Réveilles-toi !
http://www.rivarol.com/Rivarol.html
avatar
Terreblanche
Modérateur-chef
Modérateur-chef

Nombre de messages : 824
Age : 33
Localisation : St Etienne-du-Rouvray(76)
Date d'inscription : 16/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'automne islamique

Message  Terreblanche le Ven 25 Nov - 10:13

EDITORIAL :

Cinq grands enseignements peuvent être tirés des élections tunisiennes :


1) Ce vote montre que la Tunisie est coupée en deux puisque les islamistes
et leurs alliés totalisent environ 50% des suffrages.
Face à eux, les 50% de « laïcs » sont divisés. Les islamistes sont donc les maîtres
du jeu.

2) Ce résultat constitue rejet de la greffe occidentale tentée il y a plus
d’un demi-siècle par Bourguiba, ce qui montre que l’on ne va pas contre la nature profonde des peuples.
L’on a en effet trop longtemps oublié que la Tunisie est un pays musulman, donc
non laïc..

3) La laïcité tunisienne était en quelque sorte un luxe réservé à une élite occidentalisée vivant entre Paris et Tunis. Or, cette élite s’est tiré une balle
dans le pied en renversant Ben Ali qui lui interdisait certes la plénitude de
l’expression politique, mais qui, en revanche, lui permettait de vivre pleinement
à l’européenne en pays musulman.

4) Ces élections auront fait bien des cocus, à commencer par les médias français tombés littéralement amoureux de la « révolution du jasmin », laquelle
était tout, sauf une victoire de la démocratie et des droits de l’homme tels que
leur esprit formaté se l’imaginait.

5) Les Tunisiens vivant en France ont majoritairement voté pour les islamistes,
ce qui devrait faire réfléchir les irresponsables qui veulent accorder le droit de vote
aux immigrés.
En Libye, où nous n’avons pas assisté à une révolution démocratique, mais à
une guerre tribale et régionale dont ont finalement profité les islamistes,
le nouveau régime portera une tare originelle.
Celle d’avoir été mis au pouvoir grâce et par une intervention militaire
de l’Occident immiscé sans raisons dans une guerre civile qui ne le concernait en rien.
Comme les nouvelles autorités vont devoir effacer ce péché originel, elles vont immanquablement procéder à une surenchère islamiste à défaut d’être nationaliste
car la Libye n’existe pas.
L'affaire libyenne est en définition un échec majeur, sauf pour les militaires français
qui ont, une fois de plus, montré leur professionnalisme et leurs compétences,
hélas mises au service d'une politique aberrante et qui va se retourner contre nous.
En Egypte, la révolution s’est faite en dehors du petit peuple des fellahs.
Ce fut une révolte des citadins et des bourgeois, des privilégiés en somme, qui, comme en Tunisie, renversèrent un dictateur qui limitait leur expression politique
et sans voir qu’ils se précipitaient dans un abîme.
On ne cesse de nous répéter qu’en Libye et en Tunisie, l’islam est « modéré ».
Certes, mais par rapport à quoi ? A notre propre philosophie héritée des Lumières
et fondée sur le contrat social ? La question n’a pas de sens car nous sommes
dans deux systèmes de pensée totalement différents et irréductibles l’un à l’autre.
En définitive, le « printemps arabe », n’a existé que dans l’esprit simplificateur
des journalistes comme nous l’expliquons dans ce numéro 23 de l’Afrique Réelle.

Bernard Lugan

_________________
France,Réveilles-toi !
http://www.rivarol.com/Rivarol.html
avatar
Terreblanche
Modérateur-chef
Modérateur-chef

Nombre de messages : 824
Age : 33
Localisation : St Etienne-du-Rouvray(76)
Date d'inscription : 16/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum